El Tarf – Il est temps de réglementer l’activité des marchands ambulants

Il devient de plus en plus évident que les citoyens trouvent leurs comptes en s’approvisionnant pour ce qui est des fruits et légumes auprès de marchands ambulants qui écument, particulièrement, les bordures de la RN44, reliant la ville d’El Kala à la ville d’Annaba, sur plus de 80 km.

Que ce soit au niveau de la localité de Sidi Kassi relevant de la commune de Ben M’hidi, à l’entrée de la ville du Lac des oiseaux ou à l’entrée Est de la commune de Bouteldja, c’est les mêmes scènes qui passent devant vos yeux. Les véhicules des marchands ambulants sont stationnées, pêle-mêle, sur la route prenant en certains endroits, la moitié de la chaussée et rendant la circulation difficile avec tous les risques inhérents à ces situations dangereuses et pour les automobilistes et les piétons.

Même topo pour les automobilistes qui se garent n’importe comment, dans une totale anarchie, provoquant des embouteillages monstres, surtout durant les heures de pointes. Il faut dire que ces marchands avec les prix pratiqués sont une aubaine pour les pères de famille qui assistent médusés et désarmés à l’érosion de leur pouvoir d’achat.

Certes, d’aucuns dirons avec assurance que ce commerce est une niche pour l’absorbation du chômage qui est entrain de devenir endémique et que ces marchands sont des jeunes qui ont évité la délinquance et le gain facile et qui travaillent, durement, pour subvenir aux besoins de leurs familles, mais il est temps que les pouvoirs publics se penchent, sérieusement, sur la réglementation de cette activité avec une loi cadre bien ficelée et l’aménagement des aires dédiées, exclusivement, pour l’exercice de ce type de commerce qui est très utile pour les petites bourses, en ces temps d’inflation et de paupérisation.

Il faut savoir, par ailleurs, que l’exercice de cette activité expose les commerçants et les consommateurs à des risques dont les accidents de la route et les intempéries qui peuvent occasionner des dégâts matériels aux commerçants. De fait, il faut prendre cette problématique économique des marchand ambulants dans son ensemble, avec toutes ses facettes et en s’inspirant, également, des expériences des pays qui nous ont devancé dans ce secteur tertiaire.

Nazim Allam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *