Patrimoine mondial – A la découverte de Timgad

Sur le versant nord des Aurès, Timgad fut créée ex nihilo, en 100 apr. J.-C., par l’empereur Trajan comme colonie militaire. Avec son enceinte carrée et son plan orthogonal commandé par le cardo et le decumanus, les deux voies perpendiculaires qui traversaient la ville, c’est un exemple parfait d’urbanisme romain.

Dans un site montagneux d’une grande beauté, au nord du massif de l’Aurès, à 480 km au sud-est d’Alger, et à 110 km au sud de Constantine, Timgad offre l’exemple achevé d’une colonie militaire romaine créée ex nihilo. La Colonia Marciana Traiana Thamugadi fut fondée en l’an 100 de notre ère par Trajan, probablement pour servir de campement à la 3ème Légion Auguste qui, par la suite, fut cantonnée à Lambèse. Le plan, d’une grande rigueur, illustre les principes de l’urbanisme romain à son apogée. La croissance rapide de la cité aboutit, dès le milieu du IIe siècle, à faire éclater le cadre étroit de la fondation primitive. Timgad s’agrandit hors des remparts et des édifices publics majeurs sont construits dans les quartiers neufs : capitole, temples, marchés, thermes. La plupart datent de l’époque des Sévères, où la ville connut son âge d’or dont témoignent aussi d’immenses résidences privées.

Colonie forte et prospère, Timgad se devait de donner une image saisissante de la grandeur romaine en terre numide. Les édifices, entièrement construits en pierre, ont été fréquemment restaurés au cours de l’empire : l’arc de Trajan au milieu du IIe siècle, la porte est en 146, et la porte ouest sous Marc-Aurèle. Les rues ont été pavées de grandes dalles rectangulaires en calcaire et un soin particulier a été apporté aux aménagements édilitaires, comme en témoignent les 14 thermes identifiés jusqu’à ce jour. Les maisons, de dimensions variées, brillent par leur somptueux décor de mosaïque destiné à pallier l’absence de marbres précieux. À l’époque chrétienne, Timgad fut le siège d’un évêché célèbre. Après l’invasion vandale de 430, Timgad fut détruite à la fin du Ve siècle par les montagnards de l’Aurès. La reconquête byzantine rendit quelque activité à la cité, défendue par une forteresse construite en 539, au sud, en remployant des blocs arrachés aux monuments romains. L’invasion arabe ruina définitivement Thamugadi qui cessa d’être habitée dès le VIIIe siècle.

Critère (II) : Le site de Timgad, par son régime de camp militaire romain, son modèle urbanistique planifié et son type d’architecture civile et militaire particulier reflète un profond échange d’idées, de technologies et de traditions exercées par le pouvoir central de Rome sur la colonisation des hautes plaines de l’Algérie antique.

Critère (III) : Timgad reprend les préceptes de l’urbanisme planifié de la période romaine, régi par un remarquable plan orthogonal en damier. Timgad constitue ainsi un cas typique d’un modèle urbanistique, dont la permanence du plan initial du castrum militaire avait régi le développement du site à travers toutes les époques ultérieures et continue encore à témoigner du génie constructeur des ingénieurs militaires de la civilisation romaine aujourd’hui disparue.

Critère (IV) : Timgad recèle un riche répertoire architectural formé de typologies nombreuses et diversifiées, se rapportant aux différentes phases historiques de sa construction : le système défensif, les édifices publics édilitaires et de spectacles, et un complexe épiscopal. Timgad présente une image vivante de la colonisation romaine en Afrique du Nord qui dura trois siècles.

La clarification des limites du bien a été soumise mais doit encore être revue. Le périmètre intégrera la totalité des vestiges de la cité. De plus, une zone tampon adéquate est envisagée.

Aucune intervention n’a été effectuée sur le bien depuis son inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Les phénomènes naturels (tremblements de terre, intempéries…) n’ont jamais eu d’impact sur le site qui connaît une stabilité remarquable. L’organisation d’un festival culturel annuel entraîne un afflux de visiteurs et exerce des pressions sur la conservation du site dues à l’escalade et au piétinement des structures fragiles, aux passages répétés d’engins et de véhicules de service sur des structures vulnérables, aux graffiti, et à la gestion des déchets non-maîtrisée. Le Ministère de la culture a transféré les activités du Festival annuel de Timgad à l’extérieur du site, ce qui permettra de mitiger les impacts négatifs sur le bien. Les restaurations exécutées au fur et à mesure du déroulement des fouilles n’ont pas altéré l’intégrité des monuments qui est toutefois rendue vulnérable en raison du manque d’opérations de conservation et d’entretien et de la surexploitation.

L’ensemble des vestiges et des artéfacts archéologiques mis au jour témoignent de la Valeur universelle exceptionnelle qui a permis l’inscription du bien. L’abandon du site antique, même à une époque tardive, et la conduite de fouilles archéologiques presque sans discontinuité de 1881 à 1960 ont permis à la cité de Thamugadi d’être épargnée par les constructions récentes dont les moyens mécanisés d’implantation eussent bouleversé les anciens vestiges.

Besoins en matière de protection et de gestion

Le site archéologique de Timgad est régi par un plan de protection et de mise en valeur (PPMVSA), un instrument juridique et technique qui détermine toutes les actions de conservation et de gestion du bien. L’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels (OGEBC) est l’organisme de gestion de ce bien. Il réalise toutes les missions de service public de protection, d’entretien, d’inventaire et développe des programmes de valorisation et de promotion. L’OGEBC réalise son programme de protection et de gestion du site en collaboration avec la Direction de culture de la wilaya (province) qui est dotée d’un service chargé du patrimoine culturel. Le cadre juridique et de gestion comprend les lois 90-30 (loi domaniale), 98-04 (relative à la protection du patrimoine culturel), 90-29 (relative à l’aménagement et à l’urbanisme), et le Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (PDAU) de la commune de Timgad, 1998. L’État partie considère néanmoins qu’il est nécessaire d’effectuer une révision des dispositions législatives et administratives relatives au bien afin de mieux assurer sa conservation et sa mise en valeur. Il serait nécessaire de traiter l’impact croissant de la régulation inappropriée du nombre de visiteurs et des véhicules sur des structures fragiles et leurs abords.

Source : unesco.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *