Djerad reçoit aujourd’hui partenaires sociaux et opérateurs économiques

Le premier ministre, reçoit ce samedi les partenaires sociaux ainsi que les opérateurs économiques publiques et privés à une réunion spéciale consacrée à la situation du pays dont l’urgence est constatée depuis l’apparition de la pandémie du covid et les conséquences induites par celle-ci. Au cours de ce qui apparait être un séminaire de grande importance on traitera de tous les sujets ayant un rapport direct avec la période des quatre mois qui viennent de s’écouler où le pays a été durement éprouvé par le confinement. A l’issue de cette réunion une commission dite de sauvegarde de l’économie nationale sera officiellement installée. Les travaux de celle-ci serviront de plateforme de discussions lors de la rencontre nationale prévue les 16 et 17 Aout prochains qui sera réservée exclusivement à l’examen du plan de relance de l’économie nationale. La réunion de ce samedi18 juillet servira quant à elle de base de données qui sera présentée au conseil des ministres de demain 19 juillet. Le président de la république a donné l’ordre au chef du gouvernement de presser le mouvement car l’heure n’est plus à l’attentisme ni à l’observation. Les ministres sont mis au fait de leurs responsabilités. Il est attendu d’eux des actions urgentes dans certains secteurs dépendant de leurs départements ministériels. Il y a des retards qui sont constatés dans les prises de décision. Ils sont dus à la lourdeur de l’administration minée par des pesanteurs bureaucratiques. On remarque cela au niveau central comme à celui décentralisé. A l’exception d’Alger, la plupart des wilayas restent inertes. Un tel décalage est aujourd’hui inadmissible. Il cause un préjudice considérable à l’échelon local. Certains territoires de la République sont totalement abandonnés à leur sort et celui-ci est pour la plupart d’entre eux triste. Le chômage causé par le confinement qui a touché des activités de commerce faisant vivre des centaines de milliers de familles a littéralement explosé dans les wilayas de l’intérieur du pays. Dans les grandes villes le secteur des services qui occupait plus ou moins des jeunes diplômés n’ayant pas trouvé d’emplois dans un secteur attractif de l’économie nationale comme l’industrie s’est également effondré , mettant à la porte cette partie de la population qui aspire au travail depuis des lustres. C’est ce genre de situations gravissimes dont s’occupera la commission de sauvegarde de l’économie nationale qui sera mise sur pied au cours des jours prochains. Il est donné instruction à cette commission de ne pas verser dans la théorie mais de présenter des plans d’action susceptibles de donner des réponses rapides et fonctionnelles. Les walis à leur tour devront être sur le terrain 24heures sur 24 et ne plus se contenter de sorties médiatisées qui ne se sont jamais révélées efficaces. Leur action doit être ordonnatrice et suivie d’exécution. Dans les mois qui suivent c’est un climat de mobilisation générale de tous les fonctionnaires centraux et territoriaux qui s’instaura dans le pays entier. Les lourdeurs bureaucratiques doivent être sanctionnées sans ménagement. C’est à ce prix que le pays pourra se relever pour entamer ensuite la tache la plus ardue de son histoire , celle des réformes audacieuses et profondes qu’il faut impérativement entreprendre pour redonner l’espoir à ces quarante millions d’habitants qui ont toujours formulé le vœu de vivre sereinement et sans cette angoisse qui leur tenaillait l’estomac depuis des décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *