Durcissement des sanctions contre les agressions contre le personnel soignant

Devant la multiplication des agressions physiques et verbales perpétrées contre les médecins et personnel soignant des établissements hospitaliers du pays, plusieurs personnes ayant commis de tels forfaits ont été présentés devant les tribunaux et se sont vus infliger des peines d’emprisonnement ferme assorties d’amendes. Un décret présidentiel sera d’ailleurs promulgué prochainement donnant aux autorités chargées du maintien de l’ordre d’arrêter toute personne se livrant à de tels actes. Le président de la république ému par ce qui se passe dans les hôpitaux du pays s’est déclaré intransigeant et ferme contre de telles incivilités. L’avis est partagé par le ministre de la santé qui estime que le personnel médical algérien est aujourd’hui au front, livrant bataille à la plus dangereuse pandémie que le monde a connu depuis la grippe espagnole. Soulignant que 50 médecins ont trouvé la mort après être contaminés par le covid 19 et 2000 parmi les personnels soignants ont été sévèrement infectés. Sans excuser aucunement de tels agissements qui doivent être sanctionnés par la loi il y a cependant des faits qui ne passent pas et qui irritent très souvent les citoyens qui se présentent aux services des urgences des hôpitaux. Cela commence par l’appariteur qui fait souvent du zèle et qui ne fait pas le discernement nécessaire entre une personne qui a réellement besoin d’être soignée dans l’urgence et celle qui se trouve là uniquement pour un petit « bobo » et qui peut se soigner en achetant un médicament chez le pharmacien. L’autre élément qui a été très fréquemment observé et même dument constaté par les patients se trouvant souvent en détresse physique évidente est l’absence des médecins de garde souvent la nuit et même dans une partie de la journée. Combien de décès sont dus à cause de cette absence qui faisait perdre un temps précieux aux malades souffrant de pathologies lourdes dont la plupart d’entre eux ne survivent pas. Dans cette problématique des hôpitaux publics il y a le pour et le contre. Il faut une équité totale dans le traitement des cas et cela touche autant les citoyens que le personnel soignant. Il ne peut y avoir deux poids deux mesures.

Par Fouad Soltani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *