« Il faut éradiquer la Covid avant l’automne »

Le directeur général de l’INSP (institut national de santé publique, le professeur Lyes Rahal qui fait partie du comité national scientifique chargé du suivi de l’épidémie du coronavirus dont les cas en Algérie ont considérablement augmenté ces quinze derniers jours a déclaré lors de son intervention à la chaîne trois de la radio nationale qu’il faut impérativement éradiquer l’épidémie sur le sol national avant l’arrivée de l’automne. Pourquoi cette saison qui succède à l’été ? Selon le Pr Rahal il y a trois raisons à cela. La première est de santé publique car la saison automnale est connue pour le début de la grippe saisonnière. C’est généralement au cours de cette période que le virus de la grippe se réveille et touche les personnes vulnérables. Il y aura alors une confusion des genres. On ne distinguera plus, avec la précision voulue si on a affaire à ce virus qui revient chaque année en automne en s’accentuant en hiver de celui du Covid 19. Il y aura donc un amalgame que la santé publique veut absolument éviter. Soigner la grippe saisonnière et en même temps le coronavirus n’est pas simple du tout, loin s’en faut.  D’autant plus a souligné Lyes Rahal le vaccin de la grippe peut entraîner chez un patient asymptomatique ignorant qu’il est porteur du Covid 19 une complication supplémentaire dans son état de santé, surtout si la personne en question est âgée ou souffrant d’une maladie chronique comme le diabète ou l’hypertension. Comment faire pour mettre fin à cette épidémie du covid avant l’automne ? La réponse du professeur rejoint celle de ses pairs du comité scientifique national. Pour lui il faut impérativement accentuer au maximum les mesures de prévention telles que le port du masque, la distanciation physique et l’évitement des rassemblements dépassant dix personnes. En l’absence de tests généralisés lesquels pour que ce soit réellement efficace doivent toucher de manière massive les 29 wilayas touchées par l’épidémie de la Covid, la solution reste les mesures barrières  mais celles-ci doivent avoir un caractère obligatoire or c’est loin d’être le cas puisqu’on enregistre chaque jour un nombre important des cas de contamination. Pour le professeur Rahal le masque de protection doit être obligatoire sous peine de sanction. Sans une telle coercitive on n’obtiendra pas de résultat probant a souligné le DG de l’INSP. Ce dernier insiste également sur la distanciation physique entre les personnes. On continue malheureusement d’assister à des comportements incohérents chez une partie de la population. Ainsi on continue d’observer des attroupements inconséquents aux abords des commerces. Les gens se serrent les uns contre les autres attendant leur tour d’entrer dans les magasins. Ceci doit être évité et c’est aux forces de l’ordre de veiller à ce que cela ne se produise plus. De même on a pu observer des rassemblements de personnes, particulièrement les jeunes après le couvre feu de vingt heures dans les quartiers populaires à forte densité de population. La plupart de ces jeunes ne portent ni masques de protection, ni observent la distanciation obligatoire. On a même constaté et divers témoignages le prouvent puisqu’il s’agit de vidéos que les jeunes se serrent la main et se livrent à des accolades. Tout cela est en principe interdit mais les autorités locales laissent faire. Abordant ensuite le coté impératif d’éradiquer le covid avant l’arrivée de cet automne, le professeur Rahal souligne qu’en dehors de la protection sanitaire de la population il s’agit avant tout et surtout de réussir la rentrée sociale. Il faut réussir la rentrée scolaire coûte que coûte car le temps qui a été perdu au cours de ces longs mois de vacance imposés est déjà préjudiciable. Il faut que les écoles, collèges et lycées ouvrent grandes leurs portes et accueillent enfin ces milliers d’élèves qui ont besoin de rattraper ce retard monumental. Enfin s’agissant de la situation économique catastrophique qui touche des pans entiers de l’activité commerciale l’éradication de l’épidémie permettra à celle–ci de se relever certes difficilement mais cela évitera sa faillite certaine. Le médecin qu’il est, pense que si on ne contribue pas collectivement à l’effort d’éradication de ce virus dans le mois qui vient la deuxième vague annoncée du Covid provoquera des dommages incalculables au niveau de la population mais également au niveau de l’économie nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *