Incendies de foret, manque de liquidités… Le président hors de lui

Le président de la  république a demandé au premier ministre d’ordonner une enquête ayant pour objet, premièrement les incendies de foret qui embrasent depuis une semaine une partie du territoire, particulièrement le patrimoine forestier. L’autre sujet également préoccupant concerne le manque de liquidités dont a fait face le pays durant la semaine précédant l’Aïd.

Le chef de l’Etat a fait montre d’une détermination sans faille et manifesté son souci, un de plus, en ces temps difficiles de voir le pays faire face à de telles tracasseries qui n’ont pas lieu d’être. Malgré les assurances du  ministre des finances qui vient de déclarer que le problème du manque de liquidités est en voie d’être résolu le problème des longues queues de citoyens devant les bureaux de poste reste constant et cause de plus en plus d’énervement. Quant aux incendies de foret dont l’origine est pour une grande partie intentionnelle pour ne pas employer le terme criminel la période des départs de feu coïncide étrangement avec la semaine qui a précédé l’Aïd El Adha. L’explication n’est pas difficile à trouver : Beaucoup de jeunes s’improvisent habituellement en cette période d’avant le jour du sacrifice du mouton de l’Aïd en charbonniers. Ils font du braconnage de forets et incendient volontairement des arbres pour tirer du charbon de bois. En éteignant ce qu’ils viennent d’incendier ils oublient souvent d’éteindre les braises qui sont toujours vivaces et qui couvent sous les cendres. Il suffit d’un peu de vent pour que le feu se rallume aussitôt et envahisse la forêt, causant ainsi la perte de dizaines, voire de centaines d’hectares d’arbres, dont certains appartiennent à la catégorie du hêtre ou du pin.  S’il faut ajouter la canicule et la sécheresse des sols nous avons alors tous les ingrédients de départ de feux spontanés éparpillés un peu partout dans les surfaces forestières du pays. Cet été particulièrement chaud sera particulièrement dévastateur car le soleil brillant de tout son éclat favorise l’éclatement de toute étincelle provoquée par le moindre morceau de verre se trouvant à l’orée de tout espace forestier. Les soldats du feu sont exposés en permanence / Leur combat est de jour comme de nuit. D’habitude on fait appel à des volontaires, ceux qu’on appelle les réservistes du corps des pompiers. Cette année, à cause des restrictions budgétaires et du tour de vis sur les dépenses publiques ces volontaires qu’on rétribuait grâce à un budget spécial alloué chaque année et particulièrement au cours de la période estivale il n’ ya pas d’argent pour verser ce genre de primes. Il ne reste que le bénévolat mais quel réserviste mu par un élan de solidarité se portera volontaire au risque de sa vie et de sa santé ? Il ne doit pas y avoir beaucoup ! Covid, canicule et incendies de forets à répétition le pays fait face aujourd’hui à cette triple contrainte. S’il faut en plus ajouter celle de la crise économique sans précédent qui frappe l’Algérie autant que le reste du monde, on peut dire que les mois à venir seront particulièrement chauds sur le plan social. Septembre n’est pas loin et les besoins sociaux explosent littéralement au cours du début de l’automne. Le gouvernement ne connaîtra aucun répit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *