Le pays a dépassé le cap des 30000 cas positifs

 

 

 

33 035 cas exactement ont été recensés positifs depuis le début de la pandémie. Ce chiffre officiel fourni par les autorités sanitaires doit être, en réalité plus élevé qu’on ne le croit. En effet en l’absence d’un dépistage conséquent de la population il est impossible de savoir avec une précision relative le nombre réel de personnes ayant en eux le virus et qui ne le savent pas. Ce sont les cas asymptomatiques et ils doivent être légions, particulièrement chez les jeunes qui se contaminent entre eux massivement car n’observant que rarement les gestes barrière. Par contre leur entourage plus âgé est aussitôt contaminé. C’est ce qui explique la hausse continue des cas de contaminations observés ces dernières vingt quatre heures. 13 décès ont été enregistrés ce mercredi soit cinq de plus que la veille mardi. Ce que le comité scientifique a prévu est en train d’être constaté. Pour rappel un collectif de médecins avait appelé avant la célébration de l’Aïd El Adha de sursoir au rituel du sacrifice du mouton, prévenant que cela comportait un risque majeur cette journée là. La population, dans son écrasante majorité n’ayant pas suivi ces conseils constate actuellement que le virus a augmenté d’intensité. Et encore nous sommes dans ce qu’on appelle la période d’incubation. Elle a une durée de quinze jours. L’Aïd a été fêté le 31 juillet dernier, c’est-à-dire moins d’une semaine et cette période d’incubation commence à peine à livrer ses résultats néfastes. Il y a fort à craindre que le nombre de contaminations n’explose au cours des dix prochains jours. Les mesures que vient de décider le président et le gouvernement risquent d’être remises en cause si les contaminations reprennent de plus belle. Il y a donc une forte possibilité que les zones les plus contaminées soient à nouveau confinées. Alger est en tête de liste des wilayas les plus touchées ces dernières 24 heures. Elle est suivie d’Oran, de Blida et de Sétif. Pour le moment les autres wilayas déconfinées partiellement par le coronavirus sont relativement épargnées. Mais pour combien de temps ? Si ce qu’ont prévenu les médecins se réalise alors il ya de fortes chances qu’un énième confinement ciblé touche ces wilayas et qu’à nouveau on décrète pour la quatrième fois consécutive undéconffinement partiel. D’autant plus que l’OMS  vient d’informer qu’une deuxième vague de la pandémie n’est pas une prévision mais une réalité. Pour l’organisation mondiale tous les signaux déclencheurs sont là et cette seconde vague est annoncée dès le début de l’automne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *