Depuis le 17 juillet des secousses telluriques de 3,1 à 4,9 enregistrés

Le CRAAG (centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique) a enregistré multiples manifestations sismiques dans les régions du centre et de l’est du pays. Certes leur intensité n’est pas affolante mais leur fréquence est inquiétante. En effet depuis le 17 juillet dernier le nord du pays qui est une zone à risque sismique renforcé a été secoué par des manifestations telluriques  dont l’espacement dans le temps est anormalement réduit. Ce phénomène est rare car en temps ordinaire ce n’est pas le cas. C’est ce qui suscite l’inquiétude des sismologues lesquels ne versent pas dans l’alarmisme tout en restant prudents car généralement une répétition en l’espace d’un mois de ces petits tremblements de terre constitue le plus souvent l’annonce d’un séisme de grande ampleur dont on ignore ou sera l’épicentre.  La protection civile a publié il y a trois jours un communiqué adressé à l’opinion publique dans lequel elle énumère les gestes qu’il faut faire en cas d’un tremblement de terre. Cela prouve que les autorités du pays prennent au sérieux ces séismes à répétition. Sans évoquer le scénario catastrophe qui, au demeurant, peut ne pas exister ces mêmes autorités commencent déjà se préparer au pire pour ne pas être pris au dépourvu au cas où ce genre de catastrophe surviendrait. Ce qu’il faut absolument éviter aussi bien par ceux qui ont en charge les événements liés aux catastrophes naturelles que par les citoyens de ces zones à risque c’est la négation du fait  même que cela peut arriver. Or cela risque de se produire car dans la plupart des cas observés aussi bien Algérie, les séismes de Chlef et de Boumerdes ,l’ont prouvé de manière irréfutable, qu’ailleurs dans le monde où les tremblements de terre dont la graduation sur l’échelle de Richter , dépasse le 7° ont de tout temps été précédés par des séismes de faible magnitude situés entre 3 et 4°dont la fréquence est toujours dense . Ce qui est le cas actuellement dans le nord du pays dans les régions centre et est. Au cours de ce mois (Aout) un séisme de 4, 3 a été enregistré dans la nuit de  samedi à dimanche 9 aout à Sidi Ghles (wilaya de Tipaza) et c’est le troisième du genre s’étant produit en l’espace de deux jours seulement, selon le CRAAG. Vendredi 7 aout, deux tremblements de terre d’une magnitude de 4, 9 le premier et de 4,5 le second ont secoué la région de Mila (Hamala).Selon le CRAAG  ces deux séismes sont les plus forts enregistrés ces deux dernières semaines. Cependant ce ne sont pas les seuls car on a enregistre dans différents endroits du nord du pays pas moins de dix séismes de magnitude de 3° et plus. Au cours de ce mois, Ain Benian (à proximité de la capitale) mais également près d’Oran (nord d’El Kerma) mais aussi à l’est du pays à Texana (Jijel) suivis peu après de Mila ont été touchés par ces soubresauts de la terre. La vigilance est donc de mise. Sans fantasmer outre mesure sur l’éventualité d’une catastrophe naturelle pouvant survenir dans une des régions du pays citées la prévention doit être élevée au maximum pour éviter les drames humanitaires que nous avions connus dans le passé et ceux –ci ne sont pas si éloignés dans le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *