Baha Eddine Tliba sera fixé sur son sort le 2 septembre prochain

L’ex député du FLN car il ne l’est plus depuis que ses pairs ont voté la levée de l’immunité parlementaire qui le protégeait de la justice tant qu’il exerçait son mandat de représentant du peuple. Emprisonné préventivement dans la prison d’El Harrach, il attend depuis des mois l’ouverture de son procès. Il aura lieu finalement le 2 septembre après un report prononcé hier mercredi où il a comparu. L’acte d’accusation le concernant est relativement lourd. On ne lui reproche pas comme tous ceux qui ont comparu avant lui et dont le verdict a été prononcé, de détournement de deniers publics, d’abus d’autorité ou de trafic d’influence mais de blanchiment d’argent, de financement interdit d’un parti politique et de corruption de fonctionnaires. Il devra s’en expliquer devant le juge qui le questionnera sur le bien fondé de cette triple accusation. Il n’a pas parait-il de témoins pour appuyer ses dires. Ceux–ci ne se sont pas présentés d’où le report demandé par la défense. Si ces témoins ne seront pas à la barre le 2 septembre prochain les défendeurs de Baha auront bien du mal à convaincre le juge de l’innocence de ce dernier. Il est clair que les avocats de la défense de l’accusé n’ont pas fait leur travail correctement car ils auraient du demander au juge avec persistance d’assigner ces témoins. Ont –ils insisté auprès du magistrat pour que cela soit fait au cours de la quinzaine de jours qui suit comme le veut la procédure ou se sont–ils seulement contentés de formuler la demande sans exiger le respect strict de cette procédure ? On le saura le premier jour de ce procès très attendu par la population d’Annaba, ville où il était le député. L’homme s’est bâti une réputation sulfureuse au temps du pouvoir ancien. Il faisait pour ainsi dire la pluie et le beau temps. Il était devenu le mécène de tous les malfrats que compte cette ville et Dieu sait qu’il yen avait à l’époque. Il suffisait d’un simple coup de fil pour éviter toute tracasserie à ces individus que Baha recrutait pour ses propres campagnes électorales et celles de son mentor l’ex président de la république. Selon ce qui se dit ici dans cette ville depuis son emprisonnement Baha qui souffrait d’un surpoids aurait anormalement maigri. Ce n’est cependant qu’ouïe dire . On constatera la vérité le jour de la comparution de cet homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *