Les revendications du Hirak ne resteront pas vaines

S’exprimant à nouveau devant un parterre composé essentiellement de walis, le chef de l’Etat a réaffirmé que le processus de révision constitutionnel est bien avancé et que le peuple doit se tenir prêt pour s’exprimer sur le contenu de la nouvelle constitution. Les délais seront respectés a-t-il souligné. Ajoutant  que toutes les propositions qui ont été faites seront soumises au comité d’experts  qui est le seul apte à finaliser son contenu. Une fois que ce sera fait le texte deviendra un projet de constitution lequel sera alors soumis au parlement réuni en congrès pour sa validation. La dernière étape c’est le référendum. Le peuple s’exprimera alors en toute liberté sur le nouveau contenu de la constitution. Le président de la république est ensuite revenu à la charge contre ceux qui veulent réduire à néant le travail de l’Etat et du gouvernement. « Le peuple algérien a appris par ses expériences comment distinguer l’intègre parmi ses enfants et celui qui complote contre lui. Nous sommes tous à son service pour concrétiser ses revendications légitimes du 22 février 2019 » Ainsi le président de la république réaffirme encore une fois son soutien au Hirak, qu’il nomme d’ailleurs dans son allocution. Voila qui est clairement dit et souligné avec force. Toute ambigüité sur le sujet est définitivement bannie. Cette intervention du président fait date et définit clairement les cartes. Le chef de l’Etat  veut que les citoyens de ce pays le suivent dans son raisonnement. Le seul à pouvoir concrétiser toutes leurs revendications légitimes, qu’il s’agisse de libertés très élargies ou de l’égalité des chances pour tous. Le ton est désormais donné pour lutter efficacement avec l’appui du peuple contre toutes les dérives observées depuis six mois et qui veulent ternir les actions entamées par le gouvernement. S’en prenant à ceux qui ont encore la nostalgie des temps passés et qui veulent que rien ne change il leur signifie clairement que l’état de grâce est fini et que toute action de sabotage des actions de l’Etat sera sévèrement punie. S’adressant à nouveau aux walis qui sont censés être en première ligne sur le front du changement le chef de l’Etat  les avertit en leur disant que tout responsable nommé à la tête d’une wilaya qui perpétue les gestes et le comportement d’antan sera, non seulement limogé mais qu’il sera poursuivi pour négligence et obstruction et entrave à l’autorité de l’Etat. A bon entendeur salut ! Le message ferme adressé à tous ceux qui détiennent une autorité à l’échelon local ou central est tout à fait nouveau. Aucun chef d’Etat que l’Algérie a connu n’est allé aussi loin dans ses propos. Les pouvoirs précédents ont toujours ménagé la chèvre et le chou. Nous constatons à présent les résultats. Cette fermeté est devenue impérative et doit être suivie d’effets. Il est quasiment certain que des têtes vont tomber dans les prochaines semaines si ces responsables locaux ne bougent pas et restent inertes. Il existe cependant d’autres comploteurs  qui continuent à polluer le climat interne du pays. Ils sont aidés pour leur sale besogne par certains pays qui ne veulent pas que l’Algérie change et devienne un pays où la confiance règne dans une totale transparence. Ces ennemis car il n’ ya pas un autre terme pour les qualifier sont aussi dangereux que le coronavirus. Ils contaminent par la corruption et la manipulation des agents de l’Etat qu’ils veulent détourner de leur vocation pour laquelle ils ont été recrutés, celle de servir avant tout les citoyens sans distinction de classe. Ce genre de prédateurs existe encore. La mission de l’Etat consiste à en éliminer le plus grand nombre. Si on arrive à un tel résultat le pays connaitra enfin l’espoir, un espoir sans cesse déçu depuis 58 ans.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *