Vingt-deux doctorants formés

 

Une convention de coopération a été conclue, en fin de semaine passée, entre l’Université Seddik-Benyahia de Jijel et son homologuebritannique de Coventry, dans le cadre de l’échange scientifiquecommun entre l’Algérie et l’Angleterre. La coopération a permis de former pas moins de 22 doctorants de l’Université Seddik-Benyahia de Jijel, sur 100 doctorants sélectionnés à travers les établissementsuniversitaires nationaux. Lesquels doctorants ont été les hôtes del’Université d’été Algéro-Britannique de l’année écoulée.L’Université de Jijel a été représentée par le Doyen de la Faculté desSciences humaines et sociales, Hamza Amirouche, et les Professeurs Said Chawki Chakour et Adel Chiheb, alors que du côté britannique,c’est la chercheure au Centre pour la paix, la confiance et lesrelations sociales, et chercheure du cas Nord-Africainparticulièrement algérien, Docteure Jessica Ayecha Northey, qui en fut la représentante. La signature de la convention de coopération, a été conclue à l’issue du Colloque international par visioconférence, portant sur lethème : ‘’Face au Coronavirus : Défis et répercussions psychologiques,sociales, environnementales et culturelles de la pandémie’’. Lors de ce Colloque international, Adel Chiheb a loué les effortsconsentis par les deux pays, l’Algérie et l’Angleterre, et partant,les Universités de Jijel et Conventry, notamment via la coopérationscientifique entre ces deux citées, traduite sur le terrain par lafacilité de déplacement dans le cadre des projets de recherche, aussibien des doctorants, des professeurs et du staff administratif.Etant partie prenante de cette coopération, Adel Chiheb a également insisté sur l’apport de cette dernière dans la protection del’environnement et concrétiser le développement durable, faitsd’échanges d’expérience et de compétences scientifiques. L’intervenanta aussi souligné l’importance de l’ouverture de l’Universitéalgérienne sur les acquis de la recherche anglo-saxonne, qui estconsidéré comme un tournant décisif en matière scientifique, surtoutcelui réalisé par l’Université de Coventry, classée quatrième àl’échelle mondiale en enseignement digital et quinzième à l’échellebritannique.Pour sa part, Jessica Ayesha Northey, a tenu à révéler sonémerveillement quant au niveau académique de l’Université Seddik-Benyahia de Jijel. Conclusion qu’elle a formulée à l’issue deses différents déplacements et rapprochements qu’elle a effectués dansle cadre sa thèse de Doctorat, réalisé en Algérie à travers desenquêtes sur terrain auprès du mouvement associatif et bien sur, des Universités. Au sujet de la coopération entre les deux universités, lachercheure a indiqué que cela dénote d’une réelle entame académique etde recherche scientifique, une aubaine pour le développement effectifde cette dernière en terre algérienne.A indiquer également que Jessica Ayesha Northey encadre trois Doctorants algériens, qui ont pu bénéficier de la bourse scientifiquedes études supérieures accordée par l’Etat algérien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *