Les plages de l’antique Igilgili prises d’assaut

 

Ramdane. S

Dès l’annonce officielle de l’ouverture des plages de la côte du saphir bleu, des centaines d’estivants venus des quatre coins du pays ont mis le cap sur le littoral Jijelien créant ainsi une ambiance estivale longtemps absente. Des files interminables de véhicules ont été enregistrées durant le week-end sur l’axe routier reliant les communes côtières de l’est de la wilaya telles que Sidi Abdelaziz et Beni Belaid vers la côte ouest en passant par la ville de Jijel. Le taux d’humidité très élevé et le mercure qui frôle souvent les 38 degrés ont poussé les premiers visiteurs de l’antique Igilgili à investir les plages et les lieux publics afin de se détendre. Ce sont au total 33 plages qui ont été rouvertes à la baignade après une fermeture qui a duré près de trois mois, a-t-on appris auprès des autorités concernés. Toutes les dispositions ont été prises afin d’assurer une saison estivale animée même si le nombre d’estivant est pour un premier temps loin d’égaler le rush de la haute saison. Les plages les plus prisées à l’instar de la crique, le Grand Phare, El Aouana et El Ouldja à l’ouest, ont vu une application partielle des règles de distanciation, d’ailleurs rares sont ceux qui portes des masques de protection pour parer à la pandémie du coronavirus covid-19. Par ailleurs, nous apprendrons qu’un plan spécial a été tracé par les services de sécurités afin d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Pas moins de 1350 officiers et agents de police ont été mobilisés pour sécuriser les lieux publics et fluidifier la circulation du trafic routier notamment au niveau de la mythique plage Kotama au centre-ville de Jijel qui commence déjà à accueillir les familles en quête de tranquillité et de fraîcheur. Cependant, bon nombre d’habitants ont affiché un refus catégorique de se rendre aux plages notamment avec le non-respect des gestes barrières et de distanciation. Un comportement parfois qualifié d’irresponsable alors que Jijel a enregistré depuis le début de la pandémie pas moins de 690 cas positifs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *