Une batterie de mesures pour l’encouragement des exportateurs dévoilée

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a annoncé, mardi, une batterie de mesures à mettre en œuvre pour l’encouragement des exportateurs et la dynamisation des exportations algériennes hors-hydrocarbures.

L’Algérie vise à atteindre au moins 5 milliards USD d’exportations, dès l’année prochaine, grâce à des mesures incitatives en faveur des exportateurs, a affirmé le Président Tebboune à l’ouverture de la conférence nationale sur le Plan de relance pour une économie nouvelle, dont les travaux ont débuté ce matin au Palais des Nations en présence des membres du gouvernement, des partenaires sociaux et des personnalités indépendantes, notamment des experts nationaux vivant en Algérie et à l’étranger.

A ce propos, le Président Tebboune a assuré que cet objectif, « est très faisable » d’autant, a-t-il ajouté que « la volonté politique est forte et la vision claire ».

Evoquant les mesures incitatives décidées au profit des exportateurs, le Président Tebboune a cité la création de couloirs verts dédiés à certains produits, la cession d’une bonne partie de recettes en devises au profit des exportateurs et l’amélioration de la relation avec le ministère des Finances et l’Administration fiscale.

Le Président de la République a mis en avant, dans ce contexte, la nécessité d’une forte contribution de la diplomatie algérienne pour favoriser l’accès des produits algériens aux marchés extérieurs.

Le Président Tebboune a tenu, à cette occasion, à saluer les opérateurs économiques qui exportent des produits à haute valeur ajoutée, à l’image des pneus exportés vers les Etats-Unis et les produits cosmétiques vers les marchés africains ».

« Les exportateurs ont besoin d’être encouragés et non combattus », a soutenu M. Tebboune en allusion aux entraves auxquelles étaient confrontés, dans le passé, des exportateurs.

Soulignant la détermination de l’Etat à encourager les exportateurs producteurs de valeur ajoutée « et non les pseudos exportateurs automobile qui ne font, en réalité, que dans le gonflage pneumatique », le Président de la République a qualifié ce qui s’est passé, les dernières années, dans le secteur automobile de « manipulation » de l’économie nationale qui « a failli faire basculer la pays dans le précipice ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *