L’ex président Bouteflika avait-il une fille ?

L’affaire dite «  Madame Maya » dont le procès de cette dame est prévu pour le 30 septembre prochain et qui promet d’être fracassant en révélations a fait soudainement surgir un mystère, celui d’une paternité présumée d’Abdelaziz Bouteflika. En effet cette madame Maya, de son vrai nom Lahnèche Zoulikha Chafika n’a cessé de prétendre qu’elle était la fille de l’ex président de la république. A-t-elle des preuves de ce qu’elle avance comme un test de paternité ou des témoins en nombre suffisant pour attester de la véracité de ses dires ? Il est peu probable que ce soit le cas sinon l’affaire se serait ébruitée beaucoup plus tôt. Par ailleurs tout le monde sait que Bouteflika est ce qu’on appelle un célibataire endurci. On le disait certes « coureur » et aimant la galante compagnie des femmes mais on ne lui connait pas une liaison secrète l’ayant amené à contracter mariage. Un tel fait aurait été divulgué tôt ou tard par la presse non pas nationale mais étrangère, particulièrement la presse marocaine qui s’en serait donnée à cœur joie. Les Algériens ont toujours vu leur ancien président seul. Il a assumé un célibat ostentatoire car même quand il se déplaçait à l’étranger en visite officielle on ne voyait aucune femme dans son, sillage immédiat .Pourquoi cette madame Maya sort –elle maintenant un lapin de son chapeau ? Sans doute que sachant  le concerné affaibli par sa maladie qui a entrainé une déficience mentale a-t-elle cru bon de jeter ce pavé dans la mare. Mais qu’est-ce que cela lui rapportera  sinon de la confusion. Il se trouve que cette femme se trouve aujourd’hui au centre d’une affaire troublante de blanchiment d’argent à laquelle sont mêlées ses filles et des fonctionnaires liés à l’ancien pouvoir politique. C’est donc un effet boomerang qui éclabousse encore l’entourage de l’ex président car cette femme occupait une fonction à la présidence de l’époque. Le procès fixé à la fin du mois prochain  pourrait impliquer d’autres responsables jusqu’ici épargnés par la traque judiciaire. Une affaire qui pourrait en cacher d’autres. On le saura le jour du procès de cette madame Maya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *