Activités du 1er Ministre – Djerrad au chevet d’Annaba

Le premier ministre, Abdelaziz Djerrad est en visite aujourd’hui à Annaba, quatrième grande ville du pays, qui ne cesse de s’agrandir pour prendre l’air d’une métropole, comme l’est aujourd’hui Constantine. C’est donc un passage obligé pour le chef du gouvernement qui a été précédé par le ministre de l’industrie qui s’est rendu dans cette ville la semaine passée en consacrant sa visite aux seuls pôles industriels. Djerrad, quant à lui visitera l’ensemble de la wilaya et s’entretiendra longuement avec les autorités locales. Annaba accuse un retard sur le plan économique et le premier ministre veut savoir pourquoi. Cette ville a toujours été un sujet de tracasserie pour tous les exécutifs qui se sont succédés depuis l’indépendance. Il y a une forte tendance bureaucratique qui freine le développement qu’aurait du avoir cette grande cité industrielle mais également touristique. Malgré la fréquence des walis qu’a connus cette ville les choses évoluent lentement. Par rapport à d’autres chefs lieux de wilayas Annaba est à la traine tout comme sa voisine administrative El Tarf. Pourtant tout concoure à son exponentielle croissance. Elle dispose d’une bonne infrastructure routière,ferroviaire,portuaire et aéroportuaire qui la relie aux quatre points cardinaux du pays tout comme à l’international.Elle a donc  tous les atouts pouvant faire d’elle un centre d’intérêt économique florissant,d’autant qu’elle dispose également  d’une université, parmi les plus grandes du pays. Il se trouve, cependant que cela n’a pas suffi à faire décoller cette wilaya pour la rendre aussi attractive qu’Alger et Oran. Son climat des affaires figure dans le peloton de queue. Des wilayas comme Sétif, Batna, Biskra et El Oued pour ne citer que la région Est s’en tirent nettement mieux. En fait et comme nous l’avons dit Annaba souffre chroniquement d’une bureaucratie enracinée en son sein depuis des dizaines d’années. Les fonctionnaires qui sont chargés d’administrer cette wilaya ont pris de fâcheuses habitudes, la plus criarde d’entre elles concerne la lenteur de résolution des dossiers économiques qui croulent sur les bureaux de ces fonctionnaires. Il y a aussi la faiblesse endémique dont font preuve les élus de tout bord (APN-SENAT-APW et APC)  qui ne proposent aucun projet intéressant concernant la croissance et le développement de cette wilaya, l’APW, se contentant le plus souvent à présenter de petits projets insignifiants qui n’ont pas la portée de ceux  attendus par d’éventuels investisseurs. Ce sont tous ces problèmes que Djerrad devra se préoccuper surtout que le plan de relance qui vient d’être mis en place par son gouvernement accorde une très grande place à l’innovation et à la créativité alliées aux ressources internes qu’elles soient financières, naturelles, industrielle et surtout humaines. Mettra t-il le doigt dessus ou serra t-il encore une fois embrouillé par des approches virtuelles qui ne reflètent aucunement la réalité du terrain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *