Annaba-Les anciennes habitudes ont refait surface

Comme d’habitude et comme si rien n’a changé dans le pays les autorités locales se sont brusquement réveillées de leur léthargie en se mettant à nettoyer les parcours que doit emprunter le premier ministre en visite à Annaba depuis hier.

Ce genre de réflexe les citoyens l’ont apprise par cœur et se donnent à cœur joie pour disserter sur le sujet. « C’’est toujours pareil » disaient–on dans les cafés et place publiques. En effet nous nous sommes aperçus que l’antique scénario a refait surface alors que les voies et routes éloignées du parcours ministériel restent en piteux état. Certains quartiers de la ville sont ignorés par les autorités locales et la dégradation de l’état des lieux fait peine à voir. L’exemple de la double voie à la sortie de la trémie  menant au rond point du champs de mars est un cas flagrant. Un grand trou colmaté avec du sable que le poids des voitures et autres bus a  enfoncé le rendant un réceptacle d’éau de pluie rendant la circulation très difficile en ces lieu fortement empruntés par les automobilistes. Il est évident que l’on fera tout pour que le premier ministre ne voie pas cela ou en entende parler car la délégation composant les autorités locales devant accompagner le responsable de l’exécutif est triée sur le volet et ce dernier est toujours écarté de la foule de badauds qui viennent en pareille circonstance voir le premier ministre en action. Ainsi cette visite dont la matinée a été consacrée au coup d’envoi de l’examen du bac  donné par M.Djerrad a donné l’impression d’être une chasse gardée. Un important dispositif policier a été chargé de veiller à ce qu’il n’y ait aucun débordement de citoyens lesquels auraient peut être dit des choses susceptibles d’intéresser le premier ministre concernant leur vécu et les entraves administratives dont ils sont constamment l’objet. En fin de compte les pratiques d’antan ont encore de beaux jours devant elles. Pourtant le président de la république, lors de ses successifs conseils des ministres a clairement dit à ses ministres qu’il faut être à l’écoute des citoyens et aller devant eux en les incitant à poser leurs problèmes afin que cet exercice de l’Etat au service du peuple revêt enfin son véritable sens. Il semble toutefois que c’est peine perdue. La preuve cette matinée d’hier a démontré la capacité des autorités en charge de la gestion de cette ville à faire le ménage. Ainsi la grande poste qui n’est pas éloignée du siège de la wilaya a vu par enchantement la foule de gens qui ont l’habitude de faire des queues interminables de quatre heures du matin jusqu’à 18 heures le soir s’éclipser comme par un effet de baguette magique. C’est ce qu’on appelle l’assainissement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *