vendredi, décembre 3, 2021
ActualitésCareem Algérie Objectif de devenir la première application d’ici 2 ans

Careem Algérie Objectif de devenir la première application d’ici 2 ans

Careem Algérie, une plateforme de réservation de voiture de transport avec chauffeur (VTC), est présente en Algérie depuis  octobre 2019. Son activité a nettement été ralentie depuis le Covid-19, ou plus du tiers (33%) du personnel a été perdu à l’échelle mondiale, et 10% au niveau national (1 sur 10 employés).Faciliter la vie des citoyens en mettant à leur disposition des avantages liés au transport, la livraison et aussi l’envoi de crédits entre particuliers, via une application  téléchargeable sur le téléphone mobile (Careem). Objectifs d’atteinte optimale de prestation de services dans la capitale, avant toute ambition de se redéployer à travers le territoire nationale.  Une extension qui, justement, demeure tributaire de  la demande formulée par un besoin émanant de wilayas. Cela, Careem l’a déjà prévu via des interfaces qui déterminent les pics de la demande de transport, dans un lieu donné, à un moment indiqué. Careem est, dans ce cadre, forte de l’apport de 2 000 ingénieurs basés dans un centre de recherche en Allemagne, qui demeurent à l’affut et à la base de la technologie évolutive en matière d’applications numérique et du digital, en général. Ce sont là, quelques axes débattus avec la directrice générale Careem Algérie, Lamia Rouaz, qui nous à accueilli en son siège à Ain Naadja, commune de Gué de Constantine, à Alger. A l’ordre du jour, la stratégie de relance de Careem Algérie, suite à la reprise timide de l’activité économique et sociale. Lamia Rouaz, est ambitieuse. Elle compte, notamment, faire de Careem la première application en utilisation et services applicatifs, en Algérie, d’ici 2 ans et, régionalement, au MENA (Moyen Orient/Afrique du Nord), la première Supper App. L’ambition locale est avantagée par quelques facteurs. Lamia Rouaz nous cite : La demande évolutive en matière de transport par l’Algérien, via notamment, la vastitude de l’Algérie qui dicte l’indispensabilité de la disponibilité de moyens de déplacement et l’extension continuelle en urbanisation, traduite entre autres par l’édification périodique de nouvelles villes et cités. A ces facteurs conventionnels, la directrice générale de Careem Algérie, ajoute que l’ouverture timide mais prometteuse de l’Algérie sur le numérique, devait d’ici quelques années, rendre l’usage des applications quasi-indispensable. Il n’en demeure pas que l’Algérie enregistre 22 millions de comptes Facebook pour 40 millions d’habitants, la plaçant proportionnellement comme l’un des pays qui surfe le plus sur le Net. Un taux de pénétration qui lui permet de surpasser l’Egypte, qui, pourtant, compte 100 millions d’habitants. Quant à l’échelle régionale, arabe et africaine, Careem Algérie est motivée par un fait rapporté par Lamia Rouaz : Careem a réussi dans des pays moins ouverts au digital, telle la Palestine et l’Irak. Les ambitions de Careem Algérie sont également le fruit de quelques facteurs endogènes. Careem Algérie motive ses captains par des primes de performances et des dons perdus en guise de soutien social. Aussi, Careem Algérie, selon sa directrice générale, est l’unique application à avoir une Assurance internationale aussi bien pour le captain que le client, en cas d’accident ou autre incident en cours de route. Toutefois, quelques contraintes ont été soulignées. Lamia Rouaz, propose la création de statut d’auto-entrepreneur, rembourser les acteurs du numérique en cas de suspension de la connexion Internet (le cas des épreuves du Baccalauréat en est l’exemple avancé). A indiquer que Careem est une société ayant vu le jour aux Emirats arabes unies, il y a de cela 8 ans. Elle est présente dans 19 pays. Récemment, elle a été rachetée par le géant Uber, toutefois, Careem conserve son autonomie.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exclusive

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

Plus d'articles