El Tarf-Oued El Hout 200 hectares de terres agricoles dépourvus de pistes carrossables

« Nous sommes plus de 200 fellahs de la localité d’oued El Hout, relevant territorialement de la commune de Raml Essouk, qui travaillent dans des conditions exécrables.  Et pour cause, nos terres sont dépourvues de pistes carrossables, ce qui rend le travail durant la période hivernale, en particulier, très pénible et pratiquement pour certaines parcelles, impossible à atteindre à cause de la gadoue et des eaux qui stagnent ». Ont martelé les représentants des 200 fellahs que compte la région et qui sont dispatchés entre des EAI et des EAC (exploitation agricole Individuelle et Collective). Et ajoutent, un brin de déception, que « pour y remédier, nous avons frappé à toutes les portes, en vain. Nous subissons, également, le manque d’eau pour l’irrigation et d’électricité et ce, nonobstant les demandes introduites auprès des services concernés. Nous demandons, avec insistance, la construction d’une retenue collinaire ou le cas échéant, de disposer d’autorisations pour la réalisation de forages». Nos interlocuteurs affirment que « la localité d’oued El Hout regorge de grandes potentialités et pourrait devenir dans le cas où les revendications seront satisfaites un vivier pour les cultures maraichères et les fruits de toutes sortes. Nous avons, également un grand potentiel, non exploité, pour la culture de la tomate industrielle avec la projection de la construction d’une mini-conserverie pour le double concentré de tomate et les confitures». Quoi qu’il en soit, les responsables de la DSA (direction des services agricoles) devront se pencher sérieusement, sur les entraves pratiques, qui stoppent le plein essor du secteur agricole dans la partie de l’extrême Est de la wilaya. La gestion rationnelle ne se fait pas, uniquement, dans les bureaux feutrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *