Quand sera livré à l’opinion le projet constitutionnel ?

Le projet de révision de la constitution est paru au journal officiel portant le numéro 54. Il figure en annexe. Mais qui lit le JO à part les initiés à ce genre de lecture ? Certainement pas le grand public.

Tout le monde attend avec impatience le texte. La logistique concernant sa diffusion n’est–elle pas encore prête ? Il faut faire vite car les rumeurs concernant ce projet sont légion et les interprétations souvent tendancieuses s’emballent sur la toile. On dit tout et n’importe quoi surtout qu’une aide pernicieuse vient au secours des interventions faites sur les réseaux sociaux. Celle-ci provient des partis dits de l’alternance démocratique qui ont toujours préféré une constituante à la place d’un projet élaboré par des experts choisis par le pouvoir mais également de certains cercles étrangers qui ont toujours versé de l’huile sur le feu sur tout ce qui concerne l’Algérie. Devant une telle offensive l’Etat est lent à réagir. Il ne reste pas beaucoup de temps pour le referendum. Au cours des jours qui viennent l’opinion publique doit être suffisamment informée sur le contenu d’un texte sur lequel elle aura à se déterminer le 1er novembre prochain. Il ne s’agit pas seulement de lire ce texte mais aussi et surtout d’assortir celui-ci d’un espace consacré aux questions des lecteurs qui désirent avoir plus d’éclaircissement sur tel ou tel article dont ils n’ont pas compris la teneur exacte. Le public doit avoir toutes les réponses qu’il exigera connaitre car c’est son droit souverain. Il ne s’agit pas de publier un projet in extenso où le coté juridique l’emporte largement  et le laisser comme tel à l’appréciation du grand public. Combien sont–ils ceux qui comprennent parfaitement le lexique employé dans le projet. Certainement pas des millions, tout juste quelques milliers, voire des centaines. C’est pour cela que les explications les plus simples doivent être fournies en accompagnement. Sans cela le texte sera illisible pour une majorité de citoyens qui voteront sans savoir sur quoi ils ont donné leur consentement ou carrément refusé de le donner.     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *