Annaba/Algérie Poste-Mécontentement  et harcèlement de plus en plus visibles

 Cela ne finit pas ! Des files interminables de gens (femmes et hommes) se donnent rendez-vous tous les jours devant les agences postales et devant la recette principale, appelée généralement grandes postes. Hier samedi à Annaba c’était le grand rush qui a donné lieu à des scènes de colère à cause du retard dû au filtrage des personnes devant pénétrer à l’intérieur.

Ce genre de situation qui a commencé par de la patience a dégénéré progressivement en lassitude puis par une libération des émotions qui ont pris la forme d’un défoulement où l’invective est aujourd’hui omniprésente. Il ya d’abord ces injures adressées quotidiennement aux agents chargés de faire entrer les gens selon un nombre bien déterminé. Ils sont traités de tous les noms et sont souvent accusés de laisser passer leurs connaissances, ce qui est totalement faux car ils font leur travail automatiquement sans prendre le temps de sérier quiconque. Nous les avons longuement observés.Ces agents de sécurité sont devenus semblables à des robots. Ils ne réfléchissent pas carils n’ont pas le temps ou le souci de le faire. Ils agissent mécaniquement et on ne peut raisonnablement pas leur reprocher de faire ce travail ingrat qui les lessive, en fin de journée lorsqu’ils rentrent chez eux. Selon quelques agents que nous avons interrogés en fin de journée. Leur vie est devenue un véritable enfer. Certes il faut comprendre l’impatience des gens qui attendent debout depuis des heures pour pouvoir enfin accéder à ces fameux guichets des postes, lesquels ne sont pas tous pourvus de personnels. C’est le plus souvent deux ou au maximum trois guichets qui sont chargés de payer. C’est manifestement peu. Dans ce cas précis d’exceptionnalité la direction de la poste ne doit pas fonctionner comme si c’était une situation normale. Cela n’est pas du tout le cas. La mobilisation du personnel doit être constante or cela ne semble pas être le cas. La question qu’il faut poser car elle semble pertinente est celle-ci : Est-ce que les autres wilayas du pays connaissent-elles un stress semblable à celui d’Annaba ? Si c’est le cas c’est un problème national qui engage le gouvernement et les walis. Si cela ne l’est pas et que c’est une préoccupation spécifiquement annabie alors cela interpelle le responsable de cette wilaya non pas pour encadrer le flux de files d’attente de personnes devant les postes mais pour interpeller la direction de services postaux en les sommant à mettre fin à l’organisation actuelle qui ne cesse d’empireret la remplacer par une autre à même de mettre fin à cette situation inadmissible qui fait perdre un temps considérable à ces milliers de citoyens qui se plaignent chaque jour de cequ’ils auraient pu faire au cours de leur journée et qu’ils n’ont malheureusement pas pu  à cause de ces heures interminables d’attente quelquefois désespérée lorsque la poste ne dispose plus de liquidités et qu’il faille remettre cela au lendemain. En fait ce n’est pas le manque de liquidités qui fait défaut. La preuve, ce qui sont en possession de la carte magnétique « Dahabia » peuvent retirer aisément leur argent au niveau de toutes les banques, publiques ou de statut étranger. En réalité et au risque de le répéter c’est un problème d’organisation interne de la poste dont il est question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *