Attar à El Tarf « 8 mille zones d’ombres  dépourvues d’énergie électrique »

Une fois n’est pas coutume, le ministre de l’énergie Mr Attar Abdelmadjid a effectué une visite de travail courte, mais nocturne cette fois ci,  où il a procédé à l’inauguration et à l’inspection de trois projets situés, tous, dans la commune de Bésbes. En effet, Mr Attar a égrené sa visite, vers 19 h de la journée de jeudi dernier, par la mise en service du réseau d’alimentation en gaz de ville au profit de 226 familles sise dans la localité de Sidi Djemil pour un coût global de 23,973 millions de DA. Puis, il a inspecté le poste de Bésbes 60/30 KV situé dans la localité de Kef Mourad en cours de réalisation, d’un montant de 631 millions de DA et qui sera achevé, selon les explications de la directrice de wilaya de l’énergie, au 1er trimestre de l’année 2022. Une fois, mis en fonctionnement cette infrastructure permettra le renforcement de l’alimentation en énergie électrique des localités de la Daïra de Bésbes et l’amélioration de la qualité du service en direction de la clientèle. Le ministre a achevé sa visite de travail par la mise en service du réseau d’alimentation en gaz de ville au profit 187  foyers pour un coût global de 21,148 millions de DA. Lors de ses différentes haltes, le premier homme du secteur de l’énergie a martelé que « 35% des zones d’ombre recensées seront raccordés à l’énergie électrique avant la fin de l’année en cours et qu’en 2021 on finira avec les zones d’ombres en matières d’énergie électrique et de gaz de ville. Dans les zones reculées se sont les énergies renouvelables qui seront mis en œuvre à travers l’installation de panneaux solaires et de stations propanes  et dans ce sens le ministère de la transition énergétique jouera un rôle prépondérant, également. Notre priorité est la création de postes d’emplois et de fait, le raccordement des périmètres agricoles aux réseaux électriques est une priorité absolue et constitue notre cheval de bataille pour garantir notre souveraineté alimentaire. Nous avons recensés 8 mille zones d’ombres qui sont dépourvues d’énergie électrique et 12 mille autres qui manquent de gaz de ville, pour cette énergie nous avons un taux de pénétration nationale de 62%. Cependant, j’ai remarqué que la wilaya compte moins de zones d’ombres recensées que les autres wilaya du pays».  Interrogé sur les coupures récurrentes et intempestives du courant électrique à travers l’ensemble des 24 communes que compte la wilaya d’El Tarf, le ministre a indiqué en présence du PDG de la Sonelgaz que « il faut savoir que la chute des prix de pétrole en 2014 a réduit de 40% nos entrées en devises ce qui a amené l’état à geler les programmes de développements et une multitude d’autres projets et ce, à compter de 2015. De fait, de 2015 à 2020 le pays a connu le gel  des projets, tous secteurs confondus. C’est au début de l’année 2020 que les choses commencent à s’améliorer et que nous commencerons à respirer avec le dégel des projets de développement dans tous les domaines. Vous la presse, vous devrez engager un travail de pédagogie et d’information envers les populations pour qu’elles puissent comprendre qu’il nous faut un peu de temps pour régler ses problèmes après tant d’années de stagnation».  Quoi qu’il en soit, la wilaya d’El Tarf, compte tenu de ses multiples problèmes énergétiques dont elle souffre depuis une décennie, mérite une attention particulière et soutenue du premier responsable du ministère de l’énergie. Cette visite courte, nocturne et presque à la sauvette n’a pas permis au ministre d’avoir une connaissance exacte et exhaustive des souffrances au quotidien des citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *