Mohamed Bedjaoui, ex ministre des AE, inculpé

L’ancien chef de la diplomatie, Mohamed Bedjaoui, jusqu’ici mystérieusement épargné par la justice est officiellement inculpé pour fait de corruption et de délit d’initié. Les accusations dont il fait l’objet sont liées au dossier de l’autoroute Est –ouest qui a fait perdre à l’Etat des centaines de millions de dollars. Cité à plusieurs reprises par la justice italienne où son neveu est reconnu coupable d’avoir versé des pots de vin à la société SAIPEC il a toujours refusé de comparaitre. Son statut de diplomate ne permettait pas à la justice de ce pays de le poursuivre. Il aurait fallu pour cela que les autorités algériennes consentent à lever son immunité diplomatique ce qui était impensable à l’époque car le concerné conservait des liens particuliers avec l’ancien président qui remontaient à plusieurs années, même au temps ou l’ex chef d’Etat effectuait sa traversée du désert dans les pays du golfe. Ce grand diplomate car incontestablement il l’était s’est peu à peu perverti. Cela l’a mené à flirter avec des hommes d’affaires douteux qui pullulaient en Algérie au cours de ces vingt dernières années, sous la bienveillance et la protection de plus haut sommet de l’Etat. Bedjaoui n’était pas le seul à se laisser entrainer dans le terrain de la corruption, un autre ami des plus chers de l’ex président, Chakib Khalil  est lui aussi concerné au plus haut point. Les deux hommes se connaissaient fort bien. Lequel des deux a influencé l’autre ? Ici on entre dans la théorie des vases communicants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *