Amendement de la constitution-La campagne d’explication a débuté mercredi

C’est mercredi 7 octobre que débute officiellement la campagne d’explication de la révision de la loi fondamentale dont le texte définitif a été voté par les deux chambres du parlement. Il n’y a donc rien à ajouter ni à enlever de ce projet de révision constitutionnelle qui sera soumis au vote populaire le 1er novembre prochain.
La société civile est mise à contribution. Elle est invitée à tenir des meetings en salle en respectant le protocole sanitaire. Des conférences sont également prévues. Les associations dont la nature est diverse sont tenues de fournir toutes les explications nécessaires tirées du contenu du texte. Si débat il y a entre les citoyens et ceux qui ont la charge d’expliquer, celui-ci ne doit pas dévier de l’objet du débat qui concerne les articles de la loi fondamentale largement amendée. Toutes les questions tendancieuses et hors sujet seront irrecevables. Le but de cette campagne de sensibilisation qui s’achèvera le 28 de ce mois est d’amener les citoyens à comprendre avec la précision voulue ce qu’ils n’arrivent pas à assimiler. Les gens ont besoin de comprendre de quoi il s’agit car cette constitution révisée est censée durer des années et si plus tard, l’évolution des esprits et des mentalités aidant quelque amendements sont nécessaires, ce sera fait mais sans remettre en cause l’essentiel. Toutes les constitutions écrites à travers le monde ont suivi un tel parcours. Il y aura bien sur des débats. Ceux-ci sont utiles et même indispensables car sans débat contradictoire il ne peut y avoir de démocratie. Seulement ce genre de débat ne doit pas dévier de sa trajectoire ni donner lieu à des invectives ou à des déclarations spectaculaires dont le sens échappe à tout le monde. Il faut donc que les citoyens comprennent que sans la sérénité voulue toute forme d’explication du contenu du texte sera biaisée. Il est important de souligner que les partis politiques sont tenus à l’écart en tant qu’organisations politiques puisqu’ils ont déjà participé au débat écrit qui s’est instauré au lendemain de la première mouture du texte dont tous ont été destinataires et qu’ils ont proposé leurs suggestions , à l’exception des partis dits de l’alliance démocratique qui se sont exclus eux-mêmes du dispositif proposé par la présidence de la république. Malgré tout ils peuvent envoyer leurs délégués et débattre. Cependant cette campagne d’explication serait plus attractive si le texte proposé au scrutin prochain avait été diffusé très largement soit par la presse nationale soit sous forme de livret disponible dans tous les kiosques à journaux, un texte écrit dans les trois langues : arabe, amazighe et français. Munis d’un tel texte les citoyens seront à même de comprendre et de saisir tous les changements introduits dans la loi fondamentale et lorsque l’envie leur prendra d’assister à un meeting ils poseront des questions pratiques et ne tourneront pas autour du pot. On remarque ces derniers temps à travers les réseaux sociaux des déclarations hostiles à cette révision constitutionnelle. Certains messages appellent carrément au boycott du référendum. Le plus grave c’est qu’ils lancent ce genre d’appel au nom du Hirak. Or ce n’est nullement vrai. Les auteurs de cette désobéissance civile sont archi connus. Ils se distinguent en deux mouvements. Le premier est celui des tous les anciens apparatchiks du régime ancien qui savent qu’une fois la nouvelle constitution votée par le peuple ç’en est définitivement fini pour eux. Le second enferme tous les opposants irréductibles à tout pouvoir qui n’épouse pas leur idéologie que celle-ci sont d’obédience laïque ou islamiste. Il y a enfin cette majorité silencieuse, celle qui est composée par ce qu’on appelle les indécis, ceux qui n’ont jamais voté et qui restent dans une position inchangée celle d’une neutralité au gré des circonstances du moment. C’est vers ceux là que l’explication de la nouvelle constitution doit s’adresser et celle-ci doit être suffisamment claire afin que ces indécis comprennent l’enjeu de cette nouvelle loi fondamentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *