El Tarf- Deux ministres et des décisions importantes

Il est indéniable que la visite effectuée, conjointement et respectivement, par le ministre des ressources en eau et la ministre de la solidarité, de la famille et de la condition de la femme, dans la wilaya d’El Tarf, mardi dernier, a été fructueuse et riche en décisions à plus d’un titre. En effet, le ministre des ressources en eau, a indiqué, lors de l’inspection du chantier de la rénovation de la canalisation, situé dans la commune d’Ain El Assel, entre la station de pompage de Mexa, sise dans la commune de Bougous et la ville d’El Kala, que « son ministère est disposé à tous les financements indispensables pour résoudre le problème de l’alimentation en eau potable des différentes communes de la wilaya. Dans ce sens, la commune de Bougous sera alimentée directement du Barrage de Mexa et la commune de Chaffia sera, également, servie en eau du barrage éponyme qui est situé à 1 km du chef lieu de la commune. D’autres communes seront prises en charge, effectivement et la directeur de wilaya est instruit pour établir les fiches techniques, avant la fin de l’année en cours, pour les projets programmés dont le financement sera assuré par le biais du fond national de l’eau (FNE). Nous avons recensés dans la wilaya d’El Tarf 12 zones d’ombres en matière de déficit en eau potable dont une partie sera prise en charge par la direction de wilaya des ressources en eaux et l’autre, par les services compétents de la wilaya». Cependant, le ministre des ressources en eau Berraki Arezki a révélé, que « des instructions fermes ont été données au directeur général de l’ADE afin de procéder, illico presto, à la mise en place d’une unité de production et de gestion autonome de l’eau dont le siège sera situé au niveau de la station de pompage de Mexa et qui sera complètement indépendante de l’ADE et de la zone d’Annaba. Il est inconcevable que la wilaya d’El Tarf soit lésée par rapport à la wilaya d’Annaba en matière d’approvisionnement en eau potable». Interrogé, le ministre a expliqué, volontiers, que « la fusion entre l’ADE et l’ONA sera effective dans un mois afin de doter les wilayas d’organismes forts qui puissent, par ailleurs, intervenir et régler les problèmes des citoyens avec célérité et efficacité. Pour ce qui est de la station de dessalement de l’eau de mer de D’raouch, de 300 mille mètre cube, située dans la commune de Berrihane, les travaux de sa construction seront égrenés au courant de l’année 2021. Le ministère entrera, progressivement,  dans le capital de l’entreprise qui détient l’ensemble des stations de dessalement et c’est dans les prochaines 05 années que nous seront majoritaires dans ledit capital et de fait la gestion nous reviendra de facto ». Pour sa part, interrogé sur le calvaire des 700 drépanocytaires qui ne sont pas assurés par la DASS, la ministre de la solidarité, de la famille et de la condition des femmes, Mme Krikou a martelé que « nous lancerons une enquête médicale et sociale minutieuse en partenariat et en étroite collaboration avec le ministère de la santé pour connaitre exactement le nombre des malades pour leur prise en charge réelle par notre ministère ». Signalant que les deux ministres ont procédé, entre autres, au coup d’envoi d’une caravane de sensibilisation sur le cancer du sein dans le cadre de la célébration de la journée arabe de ladite maladie, ensuite ils ont inauguré une exposition sur les produits de 20 femmes rurales qui ont bénéficié des différents soutiens financiers de l’état.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *