Tebboune au journal français « l’Opinion »-« Le hirak a fait son travail, nous faisons le notre »

Le président de la république a accordé un entretien mardi soir et par Visio conférence au journal français « l’Opinion ». Il a donné son point de vue sur ce qui s’était passé avant l’élection du 12 décembre 2019 qui l’a porté au pouvoir.

Le chef de l’Etat a expliqué que les trois dernières années de pouvoir de l’ex président de la république ont été catastrophiques. La gouvernance a échappé totalement au président de la république de l’époque a souligné le président. Ajoutant qu’Abdelaziz Bouteflika était sérieusement atteint par les accidents cardio vasculaires qu’il a eus. Son jugement était gravement altéré. On parlait pour lui et on lui faisait signer les documents officiels sans qu’il sache réellement de quoi il s’agissait. Tout le monde le savait mais on pensait qu’il fallait le laisser terminer son quatrième mandat. On avait l’impression qu’un consensus se dégageait pour ne pas aller vers un cinquième mandat. Finalement non car les tenants du pouvoir ne voulaient pas que les choses changent même si le pays allait nettement à la dérive. On se prépara alors à cette comédie burlesque d’un cinquième mandat  d’un président impotent qui n’arrivait même plus à parler. C’était la goutte d’au qui fit déborder le vase. Sans l’intervention du Hirak que le président qualifie de béni l’Algérie allait droit à la faillite avec toutes les conséquences économiques que nous connaissons. Le peuple, comme un seul homme sortit dans la rue en dénonçant cette mascarade. Sous la conduite du Hirak les manifestations qui ont duré plus de huit mois ont mis fin au règne du despotisme et du népotisme. Des manifestations exemplaires qui ont fait l’admiration du monde entier. Pas un réverbère ni une vitrine n’ont été cassés, aucun acte de vandalisme n’a été enregistré au cours de ces manifestations qui ont drainé des millions d’hommes et de femmes. Le chef de l’Etat a souligné que contrairement à ce qui se disait dans une certaine presse l’armée a été aux cotés du Hirak et l’a protégé jusqu’au bout ; Sans une telle protection le pire serait arrivé a encore ajouté le président en ajoutant que le pays connait aujourd’hui la stabilité et qu’une Algérie nouvelle est en train de d’édifier , une Algérie des droits de l’homme et de l’égalité des chances pour tous les citoyens a conclu le président de la république.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *