vendredi, décembre 3, 2021
ActualitésL’alimentation en eau potable à Skikda-L’interminable galère

L’alimentation en eau potable à Skikda-L’interminable galère

La problématique de l’alimentation en eau potable (AEP) est toujours posée avec acuité.L’interruption de la distribution de l’eau au profit des ménages, annoncée pour une durée déterminée est souvent dépassé au grand mécontentement des consommateurs. Pour l’exemple, annoncée pour une rupture de 48 heures, l’alimentation en eau potable (AEP) au niveau de la ville de Skikda, a dépassé au moment où nous mettons sous presse les 72 heures!Le comble, c’est que, souvent, l’explication justifiant la cause du prolongement de délai, n’arrive jamais à temps, voire pas du tout. Ce qui aggrave davantage le désarroi citoyen. La problématique de la gestion de l’eau par l’unité de Skikda de l’Algérienne des Eaux (ADE), demeure posée dans une wilaya disposant de quatre barrages et d’une unité de dessalement au niveau de la zone industrielle (ZI) de Skikda (pôle des hydrocarbures).Les pannes récurrentes des équipements dédiés à la distribution hydrique, les ruptures de l’approvisionnement touchant l’énergie électrique, la vétusté des canalisations d’eau potable, ce sont là, quelques facteurs toujours avancés pour justifier la rupture hydrique.Et cela dure depuis des années. Le phénomène de l’eau mal distribué se traduit sur terrain par un fait : Beaucoup de cités attendent la nuit pour avoir de l’eau dans les robinets. Les parents ou ceux qui s’en chargent de la suivante besogne, sont dépités : remplir les bidons et autres contenants et en faire des réservoirs pour parer au plus pressé.  Il faut faire vite, car c’est dans les minutes qui suivent que l’eau n’est plus dans les robinets! L’urgence donc, est de toujours avoir des réserves.Outre la quantité attendue de l’eau, souvent amoindrie par la faible pression lâchée et l’égoïsme du voisinage qui veut avoir le maximum pour lui, empêchant l’eau d’atteindre les étages supérieurs, il y a un autre phénomène qui fait grincer les dents aux consommateurs. En revanche, beaucoup ont relevé que de l’eau coule à flots dans les rues. La deuxième partie du slogan de l’ADE : « L’eau pour tous, l’eau partout », trouve ici son entière explication. Il s’agit de la qualité de l’eau. C’est une eau turbide que les habitants reçoivent dans leurs robinets. « Une eau juste destinée aux sanitaires. » s’indigne un citoyen, pour un autre, « est-il logique qu’une eau de cette qualité soit destinée au lavage de la literie ou aux ablutions ? »De son côté, l’unité de Skikda de l’ADE est confrontée à deux grandes préoccupations. La première, le peu de moyens matériels et humains dont elle dispose pour gérer convenablement l’eau. Il est arrivé que pour colmater des canalisations obstruées, on y recourt au caoutchouc ! Le second, est le faible recouvrement des factures forfaitaires de la consommation de l’eau. Un aspect commercial, sachant que l’ADE est un Etablissement public à caractère industriel et économique (EPIC), qui grandit de la rentabilité de ses recettes. Le hic, c’est que d’une part, l’ADE doit avoir de l’argent pour assurer sa croissance, et d’autre part, le consommateur doit avoir une bonne prestation de service au retour de l’acquittement de la facture d’eau bimestriel. Un cercle vicieux. On y apprend que l’unité de Skikda de l’ADE, vient, en guise de renforcement de ses prestations commerciales, de charger une entreprise privée d’installer des compteurs d’eau au niveau des demeures qui en manquent. Espérons que ce phénomène de la distribution de l’eau sera endigué dans les plus brefs délais. C’est un dossier qui doit retenir l’attention du nouveau wali de Skikda, Abdelkader Bensaid.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exclusive

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

Plus d'articles