Azzaba/Localité Bouzra- Les habitants alertent le wali sur leur dégradation de vie

Les habitants de la localité de Bouzra, dans la commune de Azzaba, à plus d’une quarantaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Skikda, alertent le wali sur leurs lamentables conditions de vie. Dans une correspondance datée du 14 septembre 2020, ils citent une série de problèmes qui exigent intervention immédiate de  Abdelkader Bensaid. A commencer par l’alimentation en eau potable (AEP). Les habitants déplorent dans ce cadre, l’anarchie des canalisations d’eau et les innombrables fuites, qui conséquemment, rendent très difficile la distribution au profit de toute la localité, et ce, en dépit de l’existence d’un réservoir destiné justement à cet effet. Les citoyens rappellent que malgré de multiples requêtes adressées aux instances compétentes, la réponse tarde à venir. Le deuxième probleme énuméré, est l’éducation. La correspondance dénonce l’existence d’un seul groupement scolaire (école primaire), ne disposant que de 3 salles de cours et se caractérisant par une dégradation insoutenable, traduite par des murs fissurés, des fenêtres aux vitres brisées. A cela s’ajoutent une cantine sous forme d’un taudis recouvert d’amiante, un gardien n’exerçant que la nuit, exposant ainsi les écoliers aux dangers multiples, et l’absence d’un agent d’hygiène, donnant conséquemment lieu, à la prolifération des rats, des reptiles et des herbes sauvages. Les contestataires rappellent que lors de la saison scolaire 2019/2020, les parents d’élèves outrés de ce laisser-aller, avaient observé un mouvement de contestation, couvert par une Chaine Tv privée. Alertés, le chef de daïra de Azzaba et le Président de l’Assemblée populaire communale (P/APC), se sont déplacés sur les lieux, où promesse a été donnée de procéder à l’extension de l’établissement scolaire et à la construction d’une cantine scolaire digne de ce nom. A ce jour, rien n’a été entrepris. En troisième lieu, la correspondance hiérarchise une série de priorités, à savoir l’habitat, les routes et la santé. Pour le logement, il y est révélé que le quota des 50 logements ruraux dont a bénéficié la localité, n’a pas à ce jour été concrétisé sur le terrain. Au sujet des routes, les citoyens indiquent qu’elles ne sont pas bitumées, ce qui, en hiver, les rend davantage impraticables, surtout que les réseaux de drainage des eaux pluviales demeurent dans l’attente d’être convenablement réalisés. La route menant au cimetière n’est pas en reste. Les habitants ne demandent qu’à enterrer dignement leurs morts, en réalisant un tronçon qui rend facile le transport des personnes décédées. Quant à la santé, il est signalé l’absence d’une salle de soins. Autres lacunes citées : manque d’antenne communale, d’un arrêt de bus pour les usagers du transport public, d’un éclairage de nuit sécurisant, du raccordement au gaz naturel en dépit que la canalisation est attenante au village Bouzra. Enfin, les citoyens dénoncent le fameux entassement des déchets ménagers, dispersés dans une anarchie repoussante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *