Prévu dimanche, le conseil des ministres reporté

Le traditionnel conseil des ministres du dimanche a été reporté à une date ultérieure. Quelles sont les raisons de ce report ? On n’en sait rien. Le communiqué de la présidence fait seulement mention du report. N’empêche qu’il doit y avoir une explication. Il est certain que les langues vont se délier et libèreront toutes sortes de spéculations. Il y a certainement une raison plausible à ce report. Il ne s’agit pas d’une contamination par le covid 19 car les conseils des ministres depuis la pandémie se font par visioconférence. Ou bien tout simplement que l’ordre du jour prévu n’était pas consistant. S’il fallait répéter ce qui s’est dit lors du dernier conseil des ministres cela, en effet, ne sert à rien. Il y a peut être une autre raison mais ce n’est pas du tout sur, c’est celle de la hausse des contaminations observée ces dernières soixante douze heures. Le ministre de la santé en a parlé même si pour lui elle ne représente pas un danger potentiel dans l’immédiat. Toujours est-il a-t-il dit si la hausse des contaminations persiste le gouvernement prendra les mesures adéquates. Est-ce que cette déclaration de Benbouzid est liée au report du conseil des ministres du 18 octobre  dans l’attente d’une évolution de la situation sanitaire ? Ce n’est qu’une supposition. En tous cas il y a un grand nombre de citoyens qui attendaient que le président de la république se prononce sur l’importation des véhicules de moins de trois et qu’il devait le faire hier qui doivent être déçus. Une autre raison a pu probablement différer ce report. Il s’agit de l’examen du dernier rapport du FMI  publié la semaine dernière. Dans ce rapport destiné à tous les pays il est fait mention de l’Algérie. Le FMI  décrit une situation économique inquiétante et recommande au gouvernement algérien de faire très attention à ses finances intérieures et extérieures. L’institution monétaire internationale demande que soit établie une rigueur budgétaire pour préserver l’équilibre déjà très fragile de l’économie nationale. Ainsi le FMI recommande de réduire les importations en ne préservant que l’essentiel. Pour rappel cette institution a donné ses prévisions concernant l’Algérie pour 2021. Elle a cité des chiffres révélateurs. Ainsi la croissance passe sous la barre de zéro en s’établissant à moins 5, 8%. il en est de même du déficit budgétaire : Moins 16% du PIB.  Idem pour le déficit extérieur qui a augmenté en 2020. Qu’en sera-t-il en 2021 ? Si le pétrole ne dépasse pas la barre des 50 dollars nos réserves de change se réduiront comme une peau de chagrin. Il faut en plus d’une augmentation du prix du baril une reprise des exportations. Or on sait pertinemment bien que la situation économique mondiale étroitement liée à la pandémie est loin de favoriser une reprise. Il y aura peut être un frémissement de celle-ci à partir de l’été prochain si un vaccin est trouvé. Toutes ces raisons et elles sont nombreuses ont peut être poussé la présidence de la république à différer un conseil des ministres à une date ultérieure. Peut–être  aussi pour annoncer des mesures que les Algériens n’attendent pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *