mardi, décembre 7, 2021
ActualitésGuelma/Espaces publics squattés-Une véritable anarchie.

Guelma/Espaces publics squattés-Une véritable anarchie.

Les citoyens de Guelma, constatent toujours avec désolation et inquiétude, le phénomène de l’occupation illégale des trottoirs et autres espaces réservés aux publics, par des commerçants peu scrupuleux. Et cela au mépris des règles qui régissent la voie publique et aussi la circulation des personnes.  En effet, les citoyens dans leurs déplacements quotidiens en ville, sont confrontés à un épineux problème.Celui de l’occupation illégale et abusive des trottoirs et autres espaces publics, par des commerçants qui exposent, leurs marchandises sur les trottoirs et parfois même sur la chaussée. Les placettes et les squares, évidemment destinés exclusivement pour les citoyens en quête de repos et de détente, subissent le même sort. Il faut dire que les rues et ruelles du centre-ville, comme la rue d’Announa, la rue Slimani Ammar, la rue Med Debabi, route de Bourara, et le Bd du Volontariat, les commerçants exposent leurs marchandises, de différents produits destinés à la vente sur les trottoirs, obstruons tout passage aux piétons. Devant cet état de fait les passants en ces endroits de la ville, se voient obligés d’emprunter la chaussée au péril de leur vie. Alors que ces espaces, en été maintes fois réhabilité à cout de centaines de millions de dinars, évidemment pour permettre aux citoyens de se déplacer en ville en toute quiétude et en toute sécurité. Cependant, les commerçants et les vendeurs à la sauvette et à l’étalage, n’hésitent pas à étaler leurs marchandises le plus normalement du monde sur les trottoirs. Cette situation anachronique, porte un grand préjudice à la circulation piétonne et automobile. Ainsi, le cadre de vie dans la cité, se trouve grandement menacé par les calculs égoïstes de ces commerçants, ayant pignon sur rue. A ce titre et devant ce comportement négatif et inadmissible, qui pénalise grandement les citoyens, dans leurs déplacements, les services chargés de la gestion de la ville, sont interpellés en urgence et sans plus tarder, afin d’intervenir rapidement et efficacement, pour déloger ces personnes qui squattent les espaces publics. Devant ce sombre tableau, la question qui se pose avec acuité dans la cité : à qui profite cette situation latente et d’inertie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exclusive

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

Plus d'articles