1er Novembre/Journée de la Jeunesse Africaine-Prise de  responsabilité de la  destinée de la nouvelle  Afrique

Instituée en 2006, la Journée Africaine de la Jeunesse est célébrée le 1er novembre de chaque année depuis 2006: l’occasion notamment pour les dirigeants africains d’exploiter le potentiel des jeunes et d’en tirer profit pour améliorer la vie de ceux qui vivent sur le continent.

 Par Mahrez LAMARI*

 Au moment où la jeunesse africaine commémore le 1er Novembre fête de la jeunesse Africaine qui coïncide avec la célébration par le peuple algérien du 66eme anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution de Novembre 1954, cette dernière à le devoir impérieux de souvenir. De souvenir et de méditation. Le combat révolutionnaire de l’Algérie à été certes pour la libération nationale mais aussi à dimension continentale pour la libération de l’Afrique. Ce fut à la fois, un aboutissement et un nouveau départ. L’aboutissement en apothéose de toutes les formes de lutte et de sacrifices, parfois ultime, entamés, poursuivis avec foi et détermination et acharnement, pour recouvrer une souveraineté spoliée, une dignité piétinée, des droits reniés, au nom des ‘valeurs » qui n’étaient pas celles des peuples africains, et qu’on nous avait imposées des décennies voire des siècles durant. Aujourd’hui, des défis multiples et complexes auxquels l’Afrique est confrontée, interpellent en premier lieu les jeunes, dont la prise de conscience, une meilleure structuration et une parfaite organisation, sont les conditions sine qua non pour une mobilisation efficace au service d’un développement soutenu et harmonieux de notre continent,  l’Afrique que nous voulons. Il va falloir encourager les jeunes à la prise de responsabilité de la destinée de l’Afrique Nouvelle qui doit s’articuler autour des idéaux de L’union Africaine et des stratégies africaines de développement : l’unite africaine, la paix, le développement socio économique, la démocratie participative, les droits de l’homme et des peuples, le bon voisinage et l’intégration africaine. Compléter et amplifier sur le terrain l’action des gouvernements, des commissions sous régionales de l’union Africaine en faveur de la jeunesse. La contribution de  l’Algérie à la promotion de la jeunesse Africaine à travers le Mouvement Panafricain de la Jeunesse (MPJ) puis de l’Union Panafricaine de la Jeunesse (UPJ), agence spécialisée de l’Union Africaine en matière de jeunesse, aura été constante, multiforme, substantielle et bénéfique. Présente en tant que mouvement de libération nationale, en avril 1962 à Conakry, à la création de l’organisation africaine de la jeunesse, l’Algérie n’a cessé de manifester son dévouement à la cause sacrée de notre continent et l’a exprimé de fort noble manière à travers les multiples aides et la sollicitude constante qu’elle a accordé à l’organisation panafricaine de la jeunesse. Pays hôte du siège de l’organisation continentale de la jeunesse de 1967 à 2005, l’Agerie a non seulement donné les meilleurs cadres de sa jeunesse, mais également consacré d’énormes moyens financiers et matériels pour créer les conditions adéquates qui ont permis aux représentants du mouvement panafricain de la jeunesse de traduire en actes concrets les aspirations profondes et légitimes de la jeunesse africaine et de tenir le flambeau de la libération Haut jusqu’au parachevement de la libération totale de l’Afrique.

Le 1er Novembre s’est imposé en tant que choix

Ainsi, le choix de la date du 1er Novembre comme journée Africaine de la Jeunesse est un témoignage éloquent de la contribution de l’Algérie de la Révolution de Novembre 1954 à la promotion de la jeunesse africaine et une reconnaissance et une gratitude profonde de la jeunesse africaine pour l’engagement Africain de l’Algérie d’un million et demi de martyrs morts pour la liberté, la dignité l’honneur et la réhabilitation nationale dans un combat certes national mais à dimension et au bénéfice de notre continent africain, combat qui force le respect, l’admiration et la reconnaissance éternelle des peuples d’Afrique et de la jeunesse Africaine en particulier. C’est dans cet esprit que la jeunesse Africaine réunie en congrès en novembre 2003 à windhock (Namibie) à tenue à rendre un hommage particulier et mérité à l’Algérie terre d’accueil et d’inspiration, la Mecque des révolutionnaires, terre de liberté et d’hospitalité fraternelle,de solidarité citoyenne symbole de dignité et de courage, et ce en décidant de faire de la journée du 1er Novembre, journée de fête de la jeunesse Africaine en hommage à l’Algérie qui n’a cessé de manifester son dévouement et attachement à la cause sacrée du continent africain et qui continue à l’exprimer de fort noble manière. Cette reconnaissance et marque de respect de la jeunesse africaine à trouvé un grand écho auprès des Chefs d’Etats Africains qui, lors de l’adoption de la charte Africaine de la jeunesse en 2006 à Banjul au sommet du conseil exécutif de l’union Africaine, la date du 1er Novembre a été proclamée et instituée officiellement Journée Africaine de la Jeunesse (Doc EX CL/292 IX).  Engagée comme l’a toujours été, aujourd’hui plus que jamais, l’Algérie contribue à la dynamisation de  l’organisation de l’Union Africaine et au développement économique de l’Afrique solidaire unie libre et décolonisée et ce en continuant d’assumer pleinement des responsabilités pleines et entières en qualité de membre fondateur de l’union Africaine. Elle s’honnore de cet engagement  fidèle à notre Histoire et à ses principes inaliénables hérités de la glorieuse Révolution de Novembre 1954 et le lourd tribut qu’elle a consenti. L’histoire à enregistré en lettres d’or la noblesse et l’engagement Africain de l’Algérie.

 

*Mahrez Lamari militant des droits de l’homme

et des peuples ex secrétaire général

du mouvement panafricain de la jeunesse.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *