Suite au discours de Macron concernant l’affaire Samuel Pati-La réaction officielle du HCI

Le Haut conseil islamique vient de publier un communiqué dans lequel il a vigoureusement condamné les dérives actuellement en cours en France, suscitées par le discours officiel du président de la république française, le dernier en date notamment qui au nom de la laïcité autorise l’atteinte au sacré, principe immuable, selon lui, de la liberté d’expression.

Cette façon de dire les choses et d’exprimer sa pensée ont valu à ce dernier, aujourd’hui à travers le monde musulman dans sa totalité, l’opprobre. Officiellement  les autorités algériennes du pays n’ont pas réagi. Elles ont laissé la plus haute instance de l’islam en Algérie réagir à leur place mais cela ne trompe personne. Il s’agit bel et bien d’un désaveu de Macron. Certes l’assassinat du professeur d’histoire géographie est un acte abominable qui n’aurait pas dû être perpétré dans ces conditions atroces, cela tout le monde en convient même si l’action de cet enseignant est condamnable en tout point de vue. Il ne fallait pas heurter les sentiments d’une classe dont la moitié des élèves, sinon plus sont de confession musulmane. Au nom d’une pseudo liberté d’expression et nous pesons nos mots car si ce professeur avait par exemple critiqué la shoah ne serait–ce qu’en semant le doute sur la véracité des faits il aurait été cloué au pilori par la France officielle et il aurait sans doute été licencié. L’Islam par contre est aujourd’hui l’objet de toutes les attaques. Le discours sur le séparatisme d’Emmanuel Macron a gravi un échelon supplémentaire dans l’islamophobie, hypocritement  condamnée mais institutionnalisée dans la vie de tous les jours à travers des comportements racistes et xénophobes sous jacents mais visibles pour tout musulman vivant en France. Il y a de l’amalgame dans la perception de l’islam par les français. Rares sont ceux qui font la différence entre cette religion universelle dont les fondements immuables ne sauraient être modifiés et l’islamisme politique. Il y a une différence sauf que les français ne la discernent pas. Pire que cela ils cataloguent certains aspects de ce qu’ils nomment l’islam radical avec le terrorisme, ce qui est une erreur d’appréciation manifeste. Le salafisme qui est une doctrine de l’islam qui remonte à des siècles ne fait pas l’apologie de la violence. C’est faux de le dire. Certes il est intolérant en ce qui concerne certains aspects de la vie dans une société musulmane, particulièrement en ce qui concerne la femme et le comportement rituel de l’islam sunnite, celui que les musulmans pratiquent dans leur écrasante majorité mais en aucun cas il ne prône l’assassinat contre ce qu’il qualifie de mécréants. Il propose à ses adeptes de ne pas fréquenter ces derniers ni d’accepter leurs lois. Certes il est sectaire comme le sont les évangélistes chrétiens à travers le monde. Pourtant ceux–ci sont ménagés même s’ils exécutent des meurtres envers les musulmans comme cela a été fait en Nouvelle Zélande. Cet amalgame entre terrorisme et salafisme est devenu la feuille de route de l’actuel président de la république française. Mu par un dessein électoraliste il s’est emparé du fond de commerce de l’extrême droite et de la droite pour récupérer cette frange de la population française qui n’a jamais caché sa révulsion des musulmans. La France se trouve aujourd’hui sur une pente dangereuse. Elle est confrontée à l’indignation des musulmans du monde entier. Ce pays s’étonne qu’il en soit ainsi mais il ne peut en être autrement car même un pays comme le Danemark qui a été le premier pays qui a publié les caricatures du prophète de l’islam a révisé sa position sur le sujet. Le journal qui a publié cette satyre humiliante pour les musulmans a clairement déclaré qu’il refusait de republier ces images même s’il considère que la liberté d’expression le lui permettait. Dernièrement il a inséré un éditorial sur les fameuses caricatures mais il a laissé un blanc à la place. C’est significatif sauf que Macron ne l’a pas compris. Il finira par le comprendre lorsqu’il constatera l’ampleur des dégâts dûs à la fissure de la société française qu’il vient de provoquer et le malaise qu’il vient de créer dans ses relations avec le monde arabo musulman.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *