mardi, décembre 7, 2021
ActualitésConstitution amendée-  Le Oui l’emportera-t-il? tout porte à le croire

Constitution amendée-  Le Oui l’emportera-t-il? tout porte à le croire

Ce n’est pas une surprise. Les Algériens ont majoritairement voté à la nouvelle constitution, socle de l’Algérie nouvelle. Il y avait néanmoins un absent de taille, le président de la république encore hospitalisé en Allemagne. Il a voté par procuration. A l’heure où nous publions cet article, nous n’avons pas encore les résultats définitifs du scrutin, mais la tendance d’un oui majoritaire ne laisse aucune place au doute même si le taux de participation est loin d’être élevé.  Le taux de participation était de plus de 5% aux environs de onze heures du matin mais il ne cesse d’augmenter partout sur le territoire national à l’exception de la Kabylie où des bureaux de vote ont été pris d’assaut par des extrémistes du MAC  du félon Ferhat M’henni. Une grande partie des citoyens des wilayas de Tizi –Ouzou et de Bejaia a été empêchée d’accomplir son devoir électoral. Malgré cela il n’y a pas eu de heurts avec les forces de sécurité pourtant bien présentes. L’heure est à l’apaisement même si ceux qui prônent le contraire veulent plus que tout que ce scrutin capote. Comme nous l’avons dit plus haut le reste du pays a voté. Dans les bureaux de vote la réglementation sanitaire a été scrupuleusement respectée. La majorité des votants portaient le masque protecteur et leur température dès qu’ils franchissaient le seuil des bureaux était automatiquement prélevée. Ils devaient en outre se rincer les mains avec du gel hydro alcoolique avant de choisir le bulletin de vote  pour le glisser ensuite dans l’urne transparente.  Ce premier novembre qui consacre également  le 66 ème anniversaire du déclenchement de la révolution algérienne a donc une double signification. La première a débouché, après une guerre de presque huit ans sur l’indépendance de l’Algérie dont le prix en pertes humaines a été particulièrement élevé : 1 million cinq cent mille morts pour les seuls Algériens (civils et combattants) et quelques cent cinquante mille français dont trente mille soldats  du contingent. La deuxième signification est plus profonde que la première car aussitôt l’indépendance acquise la déclaration du 1er novembre qui consacrait la souveraineté du peuple et la démocratie sociale a été brutalement confisquée et remplacée par un régime politique qui  avait introduit ses propres règles, résolument éloignées de l’esprit de novembre. Il a fallu un soulèvement populaire de grande ampleur pour que les choses changent et que cette souveraineté populaire reprenne enfin la place qu’elle aurait du avoir dès 1962. Certes cette constitution amendée n’est pas parfaite mais quelle constitution l’est vraiment. Si on prend l’exemple de la constitution américaine  qui date de 1776  et qui a été maintes fois amendée on remarque encore des incohérences. Le système électoral américain, celui des grands électeurs n’a pas été retouché depuis la promulgation de cette constitution au 18 ème siècle et le résultat d’une telle incohérence nous le constatons aujourd’hui avec cette élection présidentielle du trois novembre. Deux ou trois Etats peuvent faire la différence et élire un président qui n’a pas obtenu les suffrages populaires. Si on compare l’actuelle constitution révisée avec celle des Etats–Unis on peut nous estimer heureux. Bien sur qu’il reste beaucoup à faire pour  faire de cette loi fondamentale l’illustration exacte de la déclaration du premier novembre. Cependant le socle sur lequel sera bâtie cette nouvelle Algérie, ce vœu exprimé par des millions d’Algériens sortis massivement dans les rues de toutes les villes du pays pour obtenir le changement et bannir la chape de plomb qui couvrait l’Algérie durant des décennies figure dans cette nouvelle loi fondamentale. Les réaménagements qui seront introduits dans l’avenir ce sera l’affaire des générations nouvelles qui auront l’esprit libéré de toute idéologie sclérosante ou destructrice. Ce seront ces générations du futur  qui feront de l’Algérie ce pays où les femmes et les hommes seront des citoyens à part entière, sans discrimination aucune où la citoyenneté deviendra la règle et non plus l’exception où l’égalité des chances sera généralisée à tous et où chaque Algérien aura le droit de s’enrichir sans empiéter sur ses concitoyens en les empêchant d’avoir les mêmes chances que lui. Cette Algérie là commencera demain quand la nouvelle constitution entrera en vigueur. Le long travail du changement des institutions débutera alors pour concrétiser le contenu de cette loi fondamentale. Les Algériens seront alors appelés plusieurs fois aux urnes pour élire un nouveau parlement et de nouvelles circonscriptions locales.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exclusive

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

Plus d'articles