Aveu d’échec cinglant-El Hadjar obligé d’importer de l’acier

Finalement  le fleuron de l’industrie lourde algérienne, le renommé complexe sidérurgique d’El Hadjar qui devait produire à terme 2 millions de tonnes d’acier liquide est aujourd’hui contraint d’importer de l’acier pour des besoins locaux. L’annonce faite par Ferhat  Ait Ali, ministre de l’industrie parue dans notre édition d’hier, a surpris. Il y a en effet de quoi être étonné. Pourtant lors de sa dernière visite au complexe ledit ministre s’était montré quelque peu optimiste mais la réalité de la situation économique l’a aussitôt fait changer d’avis. Conclusion  le pays ne peut plus compter sur le complexe sidérurgique. Cela fait l’effet d’une douche froide pour les travailleurs et pour la direction de cette grande usine. Est-ce un prélude à un transfert de ce combinat vers l’industrie militaire comme cela a été suggéré une fois. Il semble que cette éventualité n’est plus à écarter. Le pays ne peut plus se payer le luxe de gaspiller des milliards de centimes pour ce complexe sans retour de production. Importer de l’acier de l’étranger est une solution provisoire. L’Etat trouvera une solution qui éclaircira définitivement le devenir de cette sidérurgie dont on a si souvent chanté les louanges mais qui a finalement déçu.     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *