L’hiver approche-Le vaccin antigrippal n’est pas remboursable

Pour une anomalie, ç’en est une ! Alors que l’hiver est à nos portes et comme chacun sait il apporte avec lui la grippe dite saisonnière nous apprenons avec consternation que le vaccin antigrippal qui existe actuellement dans les pharmacies du pays n’est pas remboursable par la sécurité sociale. La protection sanitaire en prend un coup ! Qui parmi les citoyens démunis et ils sont nombreux à être dans ce cas pourra t-il débourser de sa poche le prix de ce vaccin affiché à 1350 dinars ?

Pourtant le gouvernement et le comité scientifique ne cessent de demander aux personnes les plus vulnérables sujettes à la grippe de se faire vacciner. Toutes les années passées ce vaccin bénéficiait de la protection sociale. Pas cette année qui chacun sait est particulièrement dangereuse. Le covid 19 est en train de monter en contaminations et si le virus de la grippe s’invite ce qu’il ne manquera pas de faire au cours des prochains jours et au cours du périlleux mois de décembre l’état d’urgence médicale subira une attaque sur deux fronts  celui du coronavirus et celui du virus de la grippe dite saisonnière. D’autant que les premiers symptômes du covid ressemblent à l’identique à ceux de la grippe. Comment dès lors faire preuve de discernement. Pour reconnaitre un symptôme de l’autre il faudrait tester or jusqu’à présent l’Algérie n’a procédé au test PCR que presque douze mille personnes à travers tout le territoire national. C’est une plaisanterie si on compare le nombre de tests par millions en Europe et dans les pays du golfe y compris l’Arabie saoudite. Il est vrai que les éléments qui composent ce genre de tests comme les réactifs sont chers mais le gouvernement n’a-t-il pas cessé de déclarer que la santé des Algériens n’a pas de prix. Alors si c’est le cas comment peut-il expliquer qu’un vaccin antigrippal obéit –il aux lois du marché et ne dispose pas de couverture sociale au moins pour les couches sociales les plus défavorisées, lesquelles sont les plus exposées à la grippe saisonnière. Si on part de ce principe qu’en sera-t-il du vaccin anti covid lorsqu’il sera disponible dans le monde. L’Algérie par la voix de ses instances officielles a promis que ce vaccin sera accessible à tout le monde et sera gratuit. Il est permis d’en douter si on prend l’exemple du vaccin antigrippal. Tout porte à croire que ce précieux vaccin que tous les pays du monde attendent impatiemment l’arrivée subira lui aussi la loi du marché et l’Algérie quoiqu’en disent les autorités gouvernementales ne pourra pas s’y soustraire. En effet comment fera t-elle sachant bien que les caisses de la sécurité sociale sont quasiment vides et que sans l’aide du trésor public il y a longtemps que la CNAS aurait mis fin aux remboursements des assurés sociaux. Ce gouvernement manque t-il de transparence ? Cette façon de faire appartient au passé. Ne peut-on pas nous en débarrasser et se contenter de dire aux citoyens voila ce qui se passe sur le plan économique et voila ce qu’on peut faire ou ne pas faire. Les gens ne sont pas dupes ils savent bien que la situation sur le plan économique n’est pas bonne, loin de là ! Parler vrai est la meilleure forme de communication qui soit. Il faut également faire beaucoup de pédagogie et cela il semble que ce n’est pas le fort de ceux qui ont en charge le pays. Demander constamment aux citoyens de faire preuve de responsabilité individuelle ou collective suppose un accompagnement adéquat mais celui-ci, il faut le dire, n’existe pas.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *