Transport à Skikda-Grève imprévue sur la ligne Skikda-Filfila

Les transporteurs privés desservant les lignes semi-urbaines Filfila, Bouzaaroura et Salah-Chebel, à partir de Skikda, ont fait grève depuis jeudi 5 novembre 2020.   L’action est venue subitement, ce qui a gravement affecté les usagers, restés bloqués dans la gare routière Mohamed-Boudiaf. D’autant que la grève a coïncidé avec la rentrée scolaire 2020/2021, et un après-midi réservé au retour aux demeures. Les écoliers sont également pénalisés, surtout ceux qui suivent les cours au sein des établissements scolaires implantés au centre-ville. Par ailleurs, cette situation a poussé les usagers à se rabattre sur les taxieurs clandestins, avec toutes les conséquences sur leur budget que cela implique. Et quand on sait que le tarif de la course avoisine les 500 DA, on aura une idée de la somme à débourser pour le déplacement d’une famille. Au total, ce sont donc, prés de 10 000 usagers privés de transport, incluant les habitants des trois régions précitées, mais aussi les agglomérations de Hamrouche Hamoudi et celles longeant la zone industrielle (pôle des hydrocarbures) Skikda (Oued Atta, Alaoua Taghane, Messouna). Par ailleurs, il est attendu, selon les menaces de quelques-uns, l’entame d’une grève à compter de dimanche. La principale revendication est relative aux restrictions au nombre de places à emplir dans chaque desserte.  Cela intervient dans le cadre des mesures préventives liées au Coronavirus. Et, selon leurs dires, les points fixes et les barrages mobiles des forces de l’ordre, le long du trajet, ne sont pas indulgents à leur encontre quand il s’agit d’application de la loi en la matière. Ce qui n’est pas le cas, aux dires des transporteurs privés toujours, lorsqu’il est question d’appliquer ces mesures contre les bus du transport public, à savoir, l’ETUS, l’Entreprise de transport urbain et suburbain de Skikda.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *