Gerald Darmanin au carré des martyrs de la révolution-L’opposition farouche de l’extrême droite française

Le ministre de l’intérieur français , Gerald Darmanin , s’était rendu, lors de sa visite de deux jours à Alger au carré des martyrs de la révolution algérienne où il a déposé une gerbe de fleurs, rendant ainsi hommage à tous les combattants algériens tombés au champ d’honneur pendant la guerre d’indépendance.

 

Cette attitude des plus honorables et combien significative d’un officiel français et pas des moindres puisqu’il s’agit du ministre de l’intérieur  a foncièrement déplu au Rassemblement National, parti français d’extrême droite qui ne fait pas secret de son regret toujours vivace de la perte de cette Algérie française qui est morte en 1962. La formation politique de Marine le Pen digne héritière de son père Jean Marie ex officier de l’armée française dont on soupçonne avoir torturé des Algériens a qualifié la démarche de Gerald Darmanin de trahison. Est–ce que la droite qualifiée de modérée mais qui ces derniers temps emploie des termes qui ressemblent fort à ceux de l’extrême droite va-t-elle emboiter le pas aux sbires de Marine le Pen ? On le saura au cours des prochains jours car La surenchère ne fait que commencer. Darmanin a fait plus qu’honorer nos martyrs il a aussi fait état de ses origines profondément algériennes en disant qu’il est le petit fils d’un tirailleur algérien et qu’il en était fier, ajoutant que c’est la première fois qu’un ministre de l’intérieur français d’origine algérienne est nommé dans un gouvernement de la cinquième république. Cette sortie de Darmanin à propos de ses origines va encore mettre le feu aux poudres au sein de la nomenklatura politique française. Elle ressemble à celle d’Emmanuel Macron, qui, lors de sa visite à Alger, avant d’être élu à la présidence de la république, avait déclaré à la télévision algérienne que la France  coloniale s’était livré à des actes pouvant être qualifiés de crime contre l’humanité. Ce qui avait soulevé à l’époque une polémique qui a failli couter l’élection de Macron à la présidence en 2017. Quant à Darmanin il n’a pas fini d’’entendre des propos désobligeants à son encontre. Par contre pour les Algériens c’est un homme plein de courage, à la volonté déterminée et surtout quelqu’un qui ne renie pas ses origines et cela mérite une médaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *