Affaires Sonatrach1 et autoroute est ouest-  Deux grands Procès en perspectives à Alger

Deux grands procès en pêrspective au tribunal criminel près la cour d’Alger. Il s’agit des volumineux dossiers de l’autoroute Est-Ouest et Sonatrach 1.  Désormais ils sont programmés respectivement pour le 21 janvier 2021 et le 17 février de la même année. Selon des sources proches du parquet d’Alger plusieurs affaires criminelles liées au trafic de drogue, à la corruption au trafic d’influence…, seront traitées durant la session criminelle prochaine.

L’affaire dite autoroute Est Ouest l’une des plus importantes et des plus  attendue notamment par de nombreux observateurs, risque de faire des révélations fracassantes en matière de corruption et blanchiment d’argent. Dans cette affaire sont concernés des ex ministres dont le plus en vue Amar Ghoul, pas moins de dix personnes occupant des postes importants avant l’éclatement de cette affaire en plus de sept sociétés. Il s’agit, cite notre source, de Adou Tadj Eddine, homme d’affaires, ainsi qu’Allab El Khier, investisseur, Madjdoub Chani, conseiller de CITIC CRCC et Khelladi Mohamed, directeur des nouveaux programmes de l’Agence nationale des autoroutes, Ferrachi Belkacem, ex-cadre au ministère des Transports Hamdane Rachid Salim, ex-directeur de la planification au ministère des travaux publics, Ouezane Mohamed, dit Colonel Khaled, fonctionnaire au ministère de la Justice, Ghazali Ahmed Rafik, ex-directeur des études à l’Agence nationale des autoroutes (ANA), les frères Bouznacha Naim et Madani.  Ces personnes sont impliquées dans des affaires de corruption
blanchiment d’argent, trafic d’influence et dilapidation de deniers publics, violation de la législation relative aux changes et abus de fonction entre autres griefs qui leur sont reprochés.  Concernant les sociétés poursuivies dans ce dossier il s’agit de la société chinoise Citic Crcc, la canadienne SMIN et la portugaise COBA le fameux consortium japonais pour les autoroutes algériennes   Cojaal  les entreprises suisses Pizarroti et Caraventa, l’espagnole Isolux Corsan. Lemois de février connaitra lui aussi un autre evennement celui du procès de Sonatrach 1 qui a afait couler beaucoup d’encre en son temps. Une quinzaine de personnes auront donc à répondre de leurs méfaits au juge traitant cette affaire. De ces personne on cite l’ancien Pdg de Sonatrach, Mohamed Meziane, ses deux fils Mohamed Réda et Meziane Cherif ainsi que de nombreux ex cadres de cette société qui a été pour certain  la vache laitière algérienne de la gestion des activités centrales, Aït Al Hocine Mouloud chef du projet de restauration et de réhabilitation du siège de Sonatrach, Mohamed Senhadji vice-président des activités centrales. Outre les ex cadres de Sonatrach, sont également concernées  par le procès, selon notre source, Saipem Contracting Algeria, l’allemand Funkwerk et Contel-Algérie Mohamed Reda Djaafar al-Ismaïl, patron de Contel-Algérie et du holding algéro-allemand Contel, l’ex-PDG du CPA, El Hachemi Meghaoui, et son fils Yazid, Nouria Meliani, gérante du bureau d’études CAD sont poursuivis pour association de malfaiteurs, détournement de fonds publics, blanchiment et corruption dans le cadre de marchés conclus de gré à gré avec des compagnies étrangères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *