vendredi, décembre 3, 2021
ActualitésEtat de santé du chef de l’Etat- La rareté de l’information...

Etat de santé du chef de l’Etat- La rareté de l’information sème la confusion

Les communiqués distillés au compte gouttes par le service de communication de la présidence de la république ne sont pas parvenus à rassurer la population sur l’état de santé du chef de l’Etat. Les réseaux sociaux, comme à l’accoutumée, se sont emparés du sujet et propagent des rumeurs les plus invraisemblables.

Il n’ ya pas que ce qui se dit sur la toile, il y a aussi les discussions de rues lesquelles s’appuyant sur ce qui se dit dans les réseaux sociaux se livrent elles aussi à faire des commentaires inimaginables. Des spéculations de tous ordres s’exercent ici et là au gré d’une rencontre. Les officiels interrogés sur l’état de santé du président se refusent à faire le moindre commentaire. Tout cela désarçonne en réalité l’opinion publique qui ne sait plus à quel saint se vouer. On constate qu’il n’y a pas eu de changement de la part des autorités dans la manière de communiquer. Nous l’avions maintes fois constaté lors de la période de Bouteflika lorsque celui-ci quittait le pays pour aller se faire soigner à l’étranger. C’était le même topo. On avisait que l’ex président allait bien et qu’il réintégrerait bientôt son pays sauf que cela prenait un certain temps et cela laissait le temps libre à tous les commentaires dont certains n’étaient pas totalement faux puisque l’on constatait qu’à chaque retour de ce président son état de santé se dégradait et cela se voyait. Ce qui est arrivé à l’actuel président ne ressemble pas avec  ce qu’a connu  son prédécesseur d’abord parce que l’information sur la maladie qui a touché M.Tebboune  a très vite été communiquée ce qui n’était pas du tout le cas pour Abdelaziz Bouteflika où on mit un temps considérable à faire savoir ce qui lui était arrivé et sur la nature de sa maladie. Il n’ ya donc pas de commune mesure sur le traitement de l’information de ce temps là avec celle du présent, sauf qu’au lieu de rendre publique au quotidien l’évolution de l’état de santé de l’actuel président  on préfère la distiller à partir de communiqués laconiques qui laissent sur leur faim des millions d’Algériens. Cette manière de procéder est risquée et peut donner du grain à moudre aux théoriciens du complot qui aujourd’hui ne se privent pas de dire des choses troublantes à travers des scénarios dignes d’une série  télévisée américaine. Mais il n’ y a pas qu’une histoire de complotisme  il y a également des informations qui circulent mais qui ne sont pas  totalement dénuées de fondement  à l’instar de celle qui dit que pourquoi s’agissant du traitement du coronavirus dont le chef de l’Etat a été déclaré positif, ce dernier n’a pas reçu les soins dans son pays alors que nos hôpitaux sont supposés avoir tout le matériel nécessaire et la médication poussée pour pouvoir le guérir sans être obligé de l’évacuer  en Allemagne. Nos professeurs en médecine et nos hôpitaux sont–ils à ce point démunis au point de les faire passer pour des incompétents? C’est une question qui taraude actuellement une très grande majorité de citoyens et à laquelle il faudra répondre car tant qu’on entretient le flou on augmentera la suspicion. Aujourd’hui les gens se posent beaucoup de questions dont ils aimeraient qu’on leur donne au plus vite les réponses. Celui qui fait le boulot actuellement c’est le premier ministre qui se trouve en première ligne et qui est sur tous les fronts. Cependant il a des pouvoirs limités car certaines décisions sont du ressort exclusif du président de la république. Le fait même qu’il n’ y ait plus de conseil des ministres qui se réunit hebdomadairement sous la présidence du chef de l’Etat est une preuve de la limitation du pouvoir de M.Djerrad. Idem en ce qui concerne l’entrée en vigueur de la constitution amendée  dont le conseil constitutionnel vient de rendre officielle son application. Là aussi il manque quelque chose, la signature du président de la république au bas du texte. Au moment où des décisions très importantes au regard de ce qui se passe actuellement sur l’état sanitaire du pays l’absence du président de la république est un nouveau coup dur pour le pays. L’écrasante majorité des citoyens prie pour que leur président se remette et revienne au pays pour reprendre les commandes. Ils s’imaginent mal que ce ne soit pas le cas car pour eux ce serait la catastrophe.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exclusive

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

Plus d'articles