Le personnel de santé lourdement impacté par l’épidémie

Selon le Dr. Lyes Merabet, président du syndicat des praticiens de la santé publique nos hôpitaux sont devenus la cible privilégiée du covid 19. Le nombre de contaminations des personnels médicaux dans les structures sanitaires et hospitalières du pays a bondi ces derniers jours passant de 8500 contaminations à 10 000. Le nombre de décès également a-t-il dit et ce sont les paramédicaux qui en font les frais.

 Pour Lyes Merabet la situation est grave. « On est actuellement confronté à un afflux massif de personnes contaminées de tous âges et de toutes catégories sociales. Devant un tel afflux les personnels médicaux pressés par ces augmentations d’arrivées de malades covid dans les hôpitaux se précipitent souvent en oubliant d’ajuster convenablement leurs masques de protection ou ne portent pas de gants. Ils sont alors contaminés et ils ne savent pas dans l’urgence. Ce n’est que plus tard où ils se rendent compte qu’ils sont symptomatiques » a souligné ce responsable syndical. Ajoutant « Il y a urgence de tester régulièrement les médecins, infirmiers, ambulanciers et agents d’entretien de tous les établissements de santé du pays et particulièrement dans les régions les plus touchées du pays  ». Pour le Dr Merabet l’Algérie n’a pas encore atteint le pic attendu de cette seconde vague de la pandémie et le risque d’une augmentation des contaminations n’est pas une fiction mais une réalité à laquelle il faudra faire face avec tous les moyens dont nous disposons et qui se sont avérés insuffisants. Pour le président du syndicat des praticiens et du personnel de la santé publique seule la responsabilité individuelle et collective pourra minimiser les dégâts. Ce devoir de civisme à grande échelle n’est malheureusement pas au niveau souhaité. Il y a encore des formes de relâchement qui persistent en tous lieux et en toutes circonstances. Pour le Dr Mérabet une telle inconsistance n’est plus tolérée car non seulement ce sont les personnes les plus vulnérables que nous perdons mais aussi ceux qui nous soignent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *