mardi, décembre 7, 2021
ActualitésLutte contre la corruption

Lutte contre la corruption

Said Bouteflika renvoie la balle à Ali Haddad

Par Djamel Saadi

 La chambre d’accusation de la cour d’Alger a rejeté la demande de liberté provisoire introduite par son avocat, Maitre Bourayou. Le frère cadet de l’ex président restera donc en prison jusqu’à l’ouverture de son procès dont la date n’a pas encore été fixée.

L’instruction suit donc son cours et les auditions du prévenu continuent. Dans le bureau du juge d’instruction où il a été entendu le frère de l’ex président qui était son conseiller à la présidence a commencé à parler en répondant aux questions du magistrat concernant la campagne pour un cinquième mandat de son frère ainé. Il nie tout en bloc malgré les preuves que le juge lui présentait au cours de l’entretien. Pour lui c’est Ali Haddad le maitre d’œuvre mais maitre d’œuvre de quoi ? De tout aurait répondu le prévenu. Difficile de le croire lorsqu’on sait que Said Bouteflika et Ali Haddad se prévalaient d’une camaraderie sans égale dont ils s’en vantaient d’ailleurs et ostentatoirement. Souvenons-nous lors de l’enterrement d’une personnalité politique connue qui avait fait venir au cimetière d’El Alia tout le sérail politique. Il y avait même la présence d’Abdelmadjid Tebboune alors premier ministre qui se tenait à l’écart. Les caméras de la télévision étaient braquées sur Saïd et son compère Ali. Ils se tenaient cote à cote et affichaient une complicité évidente. Leurs regards convergeaient vers Tebboune et ils se disaient des choses en esquissant des sourires. Quelques semaines après on mit fin aux fonctions de ce premier ministre qui n’aimait pas à l’évidence cet oligarque qu’était devenu Ali Haddad qui s’accaparait de tous les marchés publics sans respect aucun de la réglementation en vigueur, soutenu sans réserve par l’homme fort qui dirigeait le pays en cette période tourmentée et qui n’est autre que le frère cadet de l’ex président de la république. Alors dire que lui, ce conseiller officieux qui tirait les ficelles et qui gouvernait dans l’ombre de son frère ainé, lequel vraisemblablement ignorait tout des manigances de son cadet de frère n’aurait probablement pas approuvé ce que son ami Haddad faisait. C’est vraiment se moquer du monde que de prétendre qu’il existait une amitié, sans reproche et désintéressée entre Saïd et Ali. Oui Said récoltait de l’argent pour mener tambour battant la campagne pour un cinquième mandat du président lourdement handicapé. Cet argent composé de sommes considérables assorties de promesses de lendemains meilleurs pour tout le personnel politique des partis constituant cette pseudo alliance présidentielle était fourni par tous les oligarques catapultés sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika et le premier d’entre eux qui joua un rôle actif dans cette campagne sordide n’est autre qu’Ali Haddad. Ce dernier avait même mis au point un projet de créer une chaine de télévision consacrée exclusivement à cette campagne pour un cinquième mandat. A la question du juge d’instruction lui demandant quel rôle, lui frère de l’ex président a-t-il joué dans la mise en projet de cette chaine télé, le prévenu déclara qu’il n’était pas au courant d’une telle mise en scène et il déclara que seul Ali Haddad en était le responsable. Là également Saïd Bouteflika n’arrive nullement à convaincre. Comment en effet, cet homme qui agissait dans l’ombre et qui signait même à la place de son frère aurait-il pu ignorer l’existence d’un tel projet. Le fait est qu’aujourd’hui les choses se corsent et que c’est le chacun pour soi. Les amitiés d’antan s’effilochent et chacun fait porter le chapeau à l’autre. Nous l’avons déjà constaté dans les procès en cascades qui se sont déroulés tout au long de l’année 2020 et au début de cette année. Chacun de ces oligarques propulsés sous la présidence de l’ex président jettent la faute sur l’ex chef de l’Etat et sur son frère. Dirons- nous que c’est de bonne guerre que chacun de ces milliardaires qui le sont devenus par la simple grâce de l’ex président aidé en cela par son frère cadet essaie de tirer son épingle du jeu en incriminant le sommet de l’Etat ? C’est sans doute vrai  que chacun essaie de sauver sa peau comme il l’entend. Même celui qui gardait un silence lourd de sens durant tous les procès dont il eut à comparaitre, nous parlons d’Ouyahia, lequel au début, restait le plus fidèle d’entre tous a quand même craqué en désignant sans les nommer bien sur l’ex président et son frère. Saïd après avoir lâché son meilleur ami Haddad va-t-il finir par lâcher son frère, se disant qu’après tout il ne risque plus rien car sa maladie devenue très handicapante empêchera tout procès à son encontre. On le saura lorsque le procès de Saïd s’ouvrira.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Exclusive

- Advertisement -Newspaper WordPress Theme

Latest article

Plus d'articles