Lutte contre la corruption-Djamila Tamazight fait encore parler d’elle

L’ex ministre de l’industrie est encore au centre d’affaires de corruptions qui lui vaudront un autre procès. Elle n’est pas la seule à y  être impliquée. On retrouvera encore Sellal et d’autres ministres de son gouvernement .Les chefs d’accusation qui se joignent aux autres déjà consignés vont certainement alourdir la peine de la concernée.

Djamila Tamazight aurait favorisé toute une équipe de prédateurs économiques liés à son secteur d’activité. On cite le groupe Chalghoum, mais aussi une vingtaine d’hommes d’affaires peu scrupuleux exerçant dans la transformation industrielle et l’agro–alimentaire ; Tout ce beau monde a bénéficié  de privilèges indus, tout à fait contraires à la législation en vigueur. Mais qui s’en souciait à l’époque ? Ainsi  le pole financier de la cour de Sidi M’Hamed reproche à l’ex ministre de l’industrie des octrois de terrains, des facilitations de crédits bancaires et des autorisations non conformes à la réglementation en usage. C’est ainsi que dans le secteur de l’agro-alimentaire, l’ex ministre aurait donné l’ordre de détourner des quantités de blé importantes importées par l’Etat par le biais de l’OAIC vers des minoteries privées alors que ces quantités étaient censées être livrées uniquement à l’office public, chargé d’en assurer la distribution à tous les moulins du pays. Tout le monde était au courant mais personne ne s’en plaignait car celui qui aurait osé faire cela serait descendu en flammes par le gouvernement et une justice aux ordres. Aujourd’hui on règle les comptes d’un passé présenté à l’époque blanc comme neige alors qu’en réalité il était noir comme du charbon. Il n’est certes pas trop tard pour se rattraper mais la leçon d’un tel passé doit être tirée pour qu’à l’avenir de tels faits et comportements ne puissent plus refaire surface. C’est tout le sens de ces procès en cascades qui touchent  un grand nombre de personnalités et d’hommes d’affaires liés d’une manière ou d’une autre à l’ancien régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *