Macron et Tebboune-Le raffermissement des liens se renforce

Le président français a téléphoné la veille de l’Aïd à son homologue algérien pour lui dire son intention de resserrer avec la densité voulue les relacions dans tous les domaines de la France avec l’Algérie. Une telle communication n’est pas fortuite. Elle intervient à un moment où il y a eu un froid après le report de la visite du premier ministre français à Alger. Report initié par l’Algérie. Il semble que le climat est dissipé.

Il semble que ce « Je t’aime, moi non plus » qui a toujours caractérisé les relations entre les deux pays depuis l’accession de l’Algérie à son indépendance ne soit pas du gout d’Emmanuel Macron. Ce dernier est resté constant dans sa démarche vis-à-vis de notre pays depuis son investiture à la présidence de la république française. Certes il y a eu un léger flottement au lendemain de l’investiture d’Abdelmadjid Tebboune au sommet de l’Etat mais celui-ci a vite été corrigé par le président français qui s’était rendu compte qu’il avait mal apprécié la situation algérienne qui  était marqué par le mouvement populaire de grande ampleur qui mit fin à vingt ans de règne sans partage de l’ancien président de la république. Reconnaissant mais ne le disant pas clairement que le nouveau président élu à la tête de l’Algérie possède les qualités requises pour diriger son pays le président français n’a cessé depuis  lors de faire amende honorable. Tebbounbe de son coté a réalisé que le chef de l’Etat français est sincère et a une volonté de tisser avec l’Algérie de nouveaux liens fondés sur la réciprocité de valeurs, dont la question mémorielle constitue l’épicentre. Fort d’une telle conviction les deux chefs d’Etats sont résolus d’aller de l’avant en éliminant tour à tour tous les obstacles et ceux–ci sont nombreux pour refonder sur des bases nouvelles une relation sans arrière pensée. Le chemin est certes semé d’embuches mais celles–ci ne sont pas insurmontables. C’est ainsi que loirs de la dernière communication téléphonique entre ces deux présidents, Macron a réitéré sa décision d’envoyer à nouveau son premier ministre accompagné  d’une délégation imposante pour remettre sur rail le comité de partenariat exceptionnel entre les deux pays.    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *