vendredi, mai 27, 2022

Levée des scellés des archives sur l’Algérie
Que révèleront-ils ?

L’Élysée par la voix d’Emmanuel Macron et de sa ministre de la culture, Roselyne Bachelot a annoncé officiellement l’ouverture à la consultation des archives classées secret défense consacrées à la guerre d’Algérie. En principe ces archives ne devaient pas être descellées durant 75 ans. Le président français a décidé de les faire connaitre 15 ans plus tôt. Ce geste de Macron intervient deux jours après la visite de Jean Yves le Drian à Alger.

Ce n’est nullement une coïncidence. Le ministre français des affaires étrangères est venu spécialement à Alger pour désamorcer la crise latente qui existe depuis plus de trois mois entre l’Algérie et la France. Jean Yves le Drian a reçu mission d’expliquer à ses interlocuteurs algériens que la France tient par-dessus tout un maintien de relations privilégiées avec l’Algérie, pays totalement souverain et dont Paris entend rétablir l’équité / Le ministre français des AE qui s’est longuement entretenu avec le président de la république qui l’a reçu à El Mouradia a entendu ce dernier et a compris son message. Un message sans ambigüité mais sans animosité. À la sortie de cette entrevue et accompagné par son homologue RamtaneLamamra Le Drian a répondu à la presse en réaffirmant la position de son pays de renouer au plus tôt le dialogue interrompu avec l’Algérie, insistant particulièrement sur l’importance d’un tel dialogue qu’il veut serein et apaisé. À son retour à Paris le ministre français a vite été reçu par le président français et lui fit part des discussions qu’il a eues avec le chef de l’Etat algérien. Quarante-huit heures après, la ministre française de la culture, Roselyne Bachelot a annoncé sur les ondes de la chaine info BFMTV /RMC, l’ouverture des archives françaises concernant les implications dans de crimes de guerre commis par la France au cours de la guerre d’Algérie. Des enquêtes doivent être initiées concernant tous les cas de torture et d’exécutions sommaires commis par les militaires français et les forces de sécurité durant ces plus de sept années et demi de guerre qui n’était jamais avouée comme telle pendant longtemps par la France officielle, jusqu’à un passé récent. Que révèleront ces archives et que dévoileront ces enquêtes ? Toute la question est là. Si celles-ci survoleront des faits graves et inhumains commis par la France coloniale en ne publiant que des cas subsidiaires alors l’intention affichée par les autorités françaises sera artificielle et ne contentera pas les Algériens. Par contre si tout est dit et prouvé jusqu’au moindre détail alors là les Algériens exigeront des excuses officielles de la France et ce pays ne pourra pas s’y dérober car il a été rendu comptable et coupable des exactions qu’il a commises au cours d’une période déterminée de son histoire. Jusque-là l’Algérie observera le déroulement des enquêtes selon les rapports qui lui seront communiqués au fur et à mesure de leurs conclusions. Si ces résultats d’enquêtes comparées aux informations détenues par les Algériens confirmeront l’exactitude des faits reprochés et admis comme étant des crimes de guerre, alors on pourra alors considérer que le contentieux algéro-français dont le fondement est la question mémorielle a pris fin et que la page est définitivement tournée sur le côté sombre qui a toujours terni un moment de l’’histoire des deux pays. Les choses deviendront plus claires au printemps2022. Néanmoins cette ouverture d’archives secrètes concernant la guerre d’Algérie est déjà un premier pas et celui-ci est significatif.

 

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles