vendredi, mai 27, 2022

L’existence d’un complot alimentaire confirmée:
La guerre contre le commerce informel est déclarée

Il n’y a désormais aucun doute sur le sujet. Il existe bel et bien un complot dirigé par des cercles hostiles au pouvoir politique dirigé par Abdelmadjid Tebboune. Ces gens de l’ombre aux multiples ramifications utilisent tous les moyens pour faire fléchir l’État qu’ils considèrent comme un danger sur leurs activités jusqu’ici florissantes.

Cette « Içaba », terme si cher à feu Gaid Salah n’a pas disparu, loin de là. Ceux qui ont été jugés et envoyés en prison ne sont en réalité que la partie émergée de l’iceberg. Les Haddad, les Kouinef et tous ces oligarques connus ainsi que les anciens membres de gouvernements qui ont géré le pays entre 1999 et 2019 ne sont que la représentation formelle de cette « içaba ». En réalité les vrais animateurs de celle-ci ne sont pas connus car ils agissent dans une opacité totale. Ils sont pour ainsi dire au-dessus de tout soupçon. La plupart d’entre eux, pour ne pas dire tous travaillent dans un cadre légal et paient leurs impôts, du moins la partie déclarée de ceux-ci car la grande partie, celle qui les enrichit considérablement, échappe au fisc et l’État n’a toujours pas répertorié les activités qui échappent à son contrôle. Dès qu’il commence à s’intéresser à celles-ci, la réaction de ces cercles ne se fait pas attendre. Ils utilisent tous les moyens dont ils disposent pour créer un désordre économique entrainant des conséquences sociales. Le moyen le plus efficace qu’ils utilisent consiste à provoquer des pénuries de produits essentiels générant une flambée des prix à la consommation. Bénéficiant de complicités au niveau administratif, ils arrivent toujours à se maintenir hors de portée des actions que l’État déclenche contre eux. Cette machine de raréfaction des produits essentiels est bien rodée. Elle existe depuis des dizaines d’années. En fait c’est l’arme d’un chantage pernicieux contre l’État. En provoquant des pénuries et en rendant l’inflation galopante, ces cercles envoient un message à l’État en lui disant indirectement « laissez-nous agir comme nous l’entendons, faute de quoi nous ferons mal ». C’est exactement ce qui se passe actuellement. En déclarant une guerre ouverte à l’État les « içabistes » veulent déstabiliser celui-ci et le rendre impopulaire. Leur objectif est le retour de la situation d’avant, celle qui existait et florissait au cours de la période de gouvernance du président défunt. Depuis l’investiture de Tebboune à la tête de l’État, ces oligarques non identifiés car ne pavanant pas dans la sphère officielle ont juré sa perte Il est devenu la bête noire de ces derniers. Il ne s’agit pas d’une organisation terroriste comme certains le pensent ou d’une manœuvre dirigée de l’étranger pour déstabiliser l’Algérie. Une telle action n’a aucune chance d’aboutir car nos forces de sécurité ont cette puissance à l’anéantir et promptement. En fait les forces hostiles au changement désiré par l’État n’ont pas d’idéologie ou d’objectif politique connu ils ont des intérêts à défendre. Leur stratégie est claire. Elles demandent à l’État que celui-ci les laisse faire à leur guise et qu’il ne les empêche pas de continuer à s’enrichir comme ils l’ont toujours fait jusqu’ici. Ce déclenchement des hostilités a pris ces derniers temps une tournure guerrière entre le gouvernement et un conglomérat d’intérêts informels. Chaque jour qui passe un cran supplémentaire est franchi. Le dernier épisode en date concerne depuis une semaine une pénurie de l’huile de table. Après l’huile, le lait, c’est à présent le tour du sucre. Quel sera le produit suivant ? Il faut s’attendre à d’autres pénuries au cours des prochains jours. Pendant ce temps le gouvernement déploie son appareil répressif espérant que celui-ci donne des résultats à moyen terme. Ce sera fait à condition que l’État reste ferme dans ses positions et qu’il mette fin à tout jamais à l’existence de ces forces de l’ombre en élargissant le dispositif répressif contre toute personne, entreprise, ou élément administratif qui en fait partie.

 

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles