vendredi, mai 27, 2022

Élection présidentielle française:
Le jour d’après pour l’Algérie

 La campagne électorale pour l’élection présidentielle en France en avril prochain bat son plein. Si Emmanuel Macron est pressenti vainqueur au second tour. Il n’empêche que cette campagne de 2022 ne ressemble en rien aux précédentes car l’extrême droite et la droite représentent à elles seules le tiers de l’électorat. Or nous connaissons leurs positions en ce qui concerne l’Algérie.

À El Mouradia, même si rien ne filtre à propos de cette élection, on prépare le jour d’après. Au cas où le président sortant l’emporte, comme les pronostics appuyés par les sondages le prédisent, la politique algérienne de la France restera inchangée. Elle se portera même de mieux en mieux et les relations entre les deux pays qui ont connues récemment des turpitudes, aujourd’hui dissipées, iront vers un renforcement significatif et un partenariat renforcé. Par contre si un des candidats de droite ou d’extrême droite emportait cette élection, il est évident que tout ce qui a été construit durant la période François Hollande, moins au cours de celle de Macron, sera fortement perturbé. On imagine mal Valérie Pécresse, la candidate des Républicains, reprendre ce qui a été réalisé entre les deux pays au cours de ces dix dernières années. Au mieux ce sera le statu quo or celui-ci pose aujourd’hui problème. Le plus important d’entre eux concerne la question mémorielle qui empoisonne toujours les relations entre l’Algérie et la France. Cette question sera vraisemblablement gelée avec Pécresse. L’autre problème concerne le statut particulier des émigrés algériens signé en 1968. La candidate de la droite dite républicaine le rediscutera ou au pire le supprimera, ce qui jettera une ombre puissante sur l’état des relations bilatérales. Il y a également la question des émigrés algériens clandestins qui sera sans doute réglée sans aucun ménagement en renvoyant nos ressortissants ne bénéficiant pas d’un titre de séjour légal vers l’Algérie, laquelle refusera toute soudaineté ou brusquerie concernant cette question. En somme si Pécresse l’emportait les relations entre les deux pays ne seraient plus les mêmes et prendraient une tournure d’éloignement progressif dans tous les domaines, surtout économique mais également sécuritaire car ce sera fini de la coopération en matière de renseignement concernant les activités terroristes au Sahel. Ceci en ce qui concerne Pécresse. Dans le cas qu’on imagine mal d’une victoire au second tour de Marine Le Pen ce sera le pire des scénarios qui pourra intervenir entre Paris et Alger, connaissant les sentiments anti algériens de Marine Le Pen qui n’hésite pas dans toutes ses déclarations passées et présentes de fustiger l’Algérie, comme le faisait son père. La candidate d’extrême droite a toujours été une nostalgique avérée de l’Algérie française. Certes elle a pris acte de l’indépendance de notre pays mais pour cette candidate moins il y a d’Algériens sur le sol français mieux la France s’en portera. Alors il faudra s’attendre à un retour massif de nos ressortissants qui ne sont pas de nationalité française et même pour ces derniers la fille de Le Pen introduira sans doute un recours auprès du Conseil constitutionnel qui lui permettrait de modifier la notion de double nationalité. Voilà donc à quoi doivent s‘attendre les Algériens si demain la candidate du RN accédait au pouvoir. Cela entrainerait une conséquence immédiate de l’État algérien qui rompra toute relation avec la France en ne laissant que la représentation diplomatique. Le pire ce serait l’accession au pouvoir d’Eric Zemmour, ce juif d’origine berbère, né en France qui, non seulement, déteste les Algériens mais l’ensemble des musulmans car souffrant d’une haine profonde contre l’islam qui pour lui avait réduit à l’état d’infériorité des gens de sa race dans tous les pays islamiques, oubliant que cette infériorité était davantage ressentie dans les pays occidentaux qui abritaient des populations juives. Au temps de la monarchie en France que Zemmour sublime tant, les juifs vivaient dans des ghettos et devaient s’abstenir de se mêler aux populations chrétiennes. Cet aspect-là Zemmour le cache sciemment, préférant s’attaquer aux musulmans et bien entendu aux Algériens qui représentent la majorité au sein des communautés musulmanes vivant en France. Si ce candidat raciste et xénophobe prenait les rênes de la république il y aura fort à craindre un soulèvement de la communauté musulmane établie en France et les relents d’une guerre civile ne sont pas à exclure. Que fera alors l’Algérie si cela finissait par arriver. Une chose est sure notre pays ne restera pas les mains croisées et déploiera toute son énergie diplomatique et on sait qu’il en est capable pour isoler la France sur le plan européen et mondial. Il y aura donc un jour d’après cette élection présidentielle française. Alger s’y tient déjà prêt.

 

 

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles