dimanche, juillet 3, 2022

Italie – Algérie Tout va pour le mieux

 Des accords il y en a eu et tous sont prometteurs. La visite du président Tebboune en Italie a été plus que fructueuse car elle a débouché sur une série d’accords dans tous les domaines. Jusqu’ici on se contentait de partenariat économique. On a, depuis la visite de notre président, dépassé cela et on s’achemine vers la concrétisation d’une relation exemplaire.

Pour rappel l’Italie est la huitième économie mondiale et est le premier client de l’Algérie. C’est un pays prospère dont le PIB se chiffre cette année à 2272 milliards de dollars pour une population de 60 millions d’habitants. En ce qui concerne notre pays notre PIB est estimé (chiffre 2021) à 160 milliards de dollars pour une population de 45 millions d’habitants. L’Algérie compte doubler son PIB d’ici deux ou trois ans. Le pays compte aussi doubler voire tripler ses réserves de change estimées aujourd’hui à 44 milliards de dollars. Les orientations du président de la république sont claires : L’Algérie doit rompre son isolement sur le plan économique et doit impérativement s’ouvrir vers le monde extérieur et particulièrement l’espace méditerranéen. Ce n’est pas pour rien que le président Tebboune ait pris l’initiative de se déplacer en personne dans les pays qui ont une vision non étriquée concernant notre pays. En prenant son bâton de pèlerin il devient ainsi le meilleur représentant dans le domaine du markéting et cela fonctionne. En ce qui concerne son voyage italien il ne revient pas dans son pays les mains vides. Bien au contraire car les accords en question n’ont pas seulement concerné l’énergie, certes ceux-ci conservent la part du lion, ils concernent également et surtout un partenariat industriel, qui existait déjà, mais qui a été renforcé au-delà de toutes les espérances. Un tel partenariat vise avant tout les PME italiennes lesquelles sont passées maitresses dans l’innovation industrielle et l’Algérie a un besoin énorme de réindustrialisassions du pays. Une industrialisation qui ne ressemble pas à celles que nous avions connue dans le passé et qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Le choix des PME italiennes célèbres par leur savoir-faire entre aujourd’hui dans la stratégie du gouvernement algérien qui veut ainsi grâce à la présence en Algérie de ces PME faire profiter nos PME d’une expérience qu’elles n’ont pas. Grace à l’ouverture économique rendue possible avec le nouveau code des investissements la présence italienne sera renforcée et concourra à la croissance d’un tissu industriel rénové et dynamique. C’est ce qui manquait au pays qui a essayé tant qu’il a pu d’impulser le modèle industriel existant sans y parvenir à cause d’une gestion lourde et manquant de perspectives. Le gouvernement met en exergue l’innovation technologique, une vision nouvelle de l’agro-alimentaire et les télécommunications. L’autre série d’accords très attendus par les italiens concerne l’approvisionnement régulier en gaz naturel de la péninsule. Les contrats signés dernièrement par les compagnies d’hydrocarbures des deux pays ont été très bien accueillis par nos amis italiens dont les titres des journaux avaient déjà souligné l’importance. Ils sont suivis d’autres concernant la prospection de nouveaux gisements pétroliers et gaziers dont l’existence est avérée. ENI est en passe de devenir le plus grand partenaire de Sonatrach, pour ne pas dire le premier. L’autre évènement concernant cette série d’accords signés à Rome par les deux présidents est relatif au développement en partenariat renforcé des énergies renouvelables. Cela va de l’intensification de la fabrication de panneaux solaires à la production d’hydrogène vert que l’Algérie veut développer de manière intensive. Enfin et ce n’est guère négligeable les Algériens ont proposé aux italiens d’investir dans le domaine minier et principalement le marbre. L’Italie étant un pays connu pour la qualité de son marbre a vu ces derniers temps ses gisements miniers en état d’épuisement. Certaines mines dans la péninsule sont même carrément épuisées or l’Algérie possède des mines d’extraction de ce produit très recherché et apprécié à travers le monde dont la qualité est proche de celles du marbre italien. Tous ces accords conclus et qui se sont étendus au domaine archéologique vu le très riche patrimoine romain qui existe dans la partie nord de l’Algérie seront détaillés point par point lors du prochain sommet Algérie-Italie qui se tiendra à Alger à partir de la seconde quinzaine de juillet.

 

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles