mardi, août 16, 2022

Le gouvernement déterminé à consolider les acquis de la femme et son adhésion au processus du développement économique

Le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane a réaffirmé, samedi à Alger, la détermination du gouvernement à consolider les acquis obtenus par la femme et à œuvrer à assurer son adhésion au processus du développement économique du pays.
Dans une allocution à l’ouverture de la conférence internationale sur « Le militantisme de la femme algérienne: de la Guerre de libération au processus d’édification » organisée au Centre international des conférences (CIC), Abdelatif Rahal, sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le Premier ministre a déclaré que le gouvernement est déterminé à « aller de l’avant vers la consolidation des acquis obtenus par la femme et à coordonner les efforts à tous les nivaux dans le cadre d’une approche participative pour renforcer ses capacités d’adhésion au processus du développement économique du pays ».
« Le président de la République accorde une grande importance à la femme dans son programme que le gouvernement s’attèle à mettre en œuvre », a souligné le Premier ministre, mettant en avant l’engagement du Président Tebboune « à poursuivre les efforts pour l’autonomisation de la femme, l’amélioration de sa condition, la consolidation de ses droits et sa protection contre toutes les formes de violence, outre la création de mécanismes de renforcement de l’entrepreneuriat féminin, notamment dans les zones rurales ».
« La femme algérienne, la résistante et la révolutionnaire, s’est affirmée sur la scène du militantisme et de lutte pour l’indépendance du pays », a-t-il encore soutenu, rappelant qu’elle a donné une « image honorable et magnifique aux côtés de ses frères face à la brutalité du colonialisme, une expérience qui a inspiré de nombreux mouvements de libération à travers le monde ».
La femme algérienne « a toujours été dans les moments difficiles que l’Algérie a eu à traverser à travers l’histoire, un bouclier pour défendre et protéger le pays », a poursuivi M. Benabderrahmane.
« L’histoire garde en mémoire des images et des scènes héroïques dont la moudjahida Lalla Fatma N’soumer et ses camarades de lutte contre l’injustice et l’avilissement de la société, en sont les artisanes à l’instar de Hassiba Ben Bouali, Fadila Saâdane, Malika Gaid et des Djamilate de l’Algérie : Djamila Bouhired, Djamila Bouaza, Djamila Boubacha, et tant d’autres », a-t-il indiqué.
En témoigne, a-t-il dit, la contribution exceptionnelle de la femme algérienne durant la glorieuse Guerre de libération, dans les villes, les villages et les régions rurales, sans compter les opérations de fidaï qu’elle a exécutées, les tâches qu’elle a assumées en tant que secrétaire, infirmière et médecin pour venir en aide aux blessés de l’Armée de libération ».
M. Benabderrahmane a indiqué que « le rôle important de la femme dans la Guerre de libération ne s’est pas interrompu, mais s’est poursuivi plus tard, dans une autre bataille non moins importante que la première, celle de l’édification et de la construction, notamment après le chaos causé par le colonisateur sur tous les plans », rappelant qu’elle a eu un rôle axial et la même détermination dans le processus de reconstruction des fondements et des assises de l’Etat.
« Ces stations phares et exceptionnelles de la contribution de la femme dans la société ont été accompagnées d’une forte volonté politique pour la promotion de la femme, la garantie de ses droits et le renforcement de sa participation à la vie politique et économique à la hauteur de ses attentes et de ses sacrifices au service de la Nation ».
Il a estimé, en outre, que « cette volonté politique, traduite par l’État en principes constitutionnels ancrés, a permis de renforcer la place de la femme dans la société, comme le montre les chiffres et les statistiques », soulignant que « de nombreux secteurs enregistrent une main-d’œuvre féminine avec un taux de plus de 50%, à l’instar de la Santé et de l’Éducation ».
Et d’ajouter: « le nombre d’étudiantes à l’université est nettement supérieur à celui des étudiants. De surcroît, les professions qui, dans un passé proche, étaient réservées aux hommes, à l’instar des corps de sécurité, des douanes et de la protection civile, ont enregistré une hausse dans le recrutement de l’élément féminin et l’accès aux postes de responsabilité lui a été ouvert. Les rangs de l’Armée nationale populaire (ANP) et le corps de la magistrature ont également connu une présence remarquable de l’élément féminin ces dernières années », a-t-il soutenu.
Le Premier ministre a affirmé que cette conférence internationale « coïncide avec les festivités de la célébration du 60e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale », précisant que « cette occasion chère à tout Algérien, est une halte où le peuple algérien évoque l’anniversaire de sa libération après plus de 132 ans d’injustice et de massacres pour recouvrer sa liberté et la souveraineté de son pays, l’Algérie, suite à des années de résistance et de lutte armée, pour poursuivre la bataille de la construction et de l’édification ».
« Je tiens ainsi, à partir de cette tribune, à saluer les sacrifices incommensurables des martyres de la patrie. Je m’incline devant leur mémoire priant Dieu le Tout-Puissant de leur accorder Sa Sainte miséricorde. Je salue, également, les moudjahidate et les veuves de chouhada, en leur souhaitant santé, prospérité et longue vie, afin qu’elles puissent assister au développement de la Nation et profiter de ses bienfaits », a poursuivi le Premier ministre.
Au terme de son allocution, le Premier ministre a exprimé le souhait de voir les travaux de la conférence internationale couronnés de succès, et contribuer à « la promotion de l’expérience algérienne pionnière en matière d’autonomisation de la femme pour participer au développement économique des pays et des communautés ».

 

 

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles