dimanche, octobre 2, 2022

Brèves de Mila

Hammam Beni Haroune, une escale sur la route du littoral

Hammam Beni Haroun est une halte inévitable pour les estivants. Située au nord de Mila, à la lisière de la limite territoriale avec la wilaya de Jijel, elle est réputée pour ses rôtisseries de brochettes, sa route de corniche et sa source thermale aux multiples vertus thérapeutiques. Lovée au milieu de pics aiguisés, qui la protègent des rayons solaires brûlants de la mi-journée, Hammam Beni Haroun draine, durant tous les mois de l’année, des dizaines d’amateurs de la pêche à la ligne et des eaux thermales. Mais sa plus belle physionomie, elle l’arbore en période estivale. Elle s’anime encore plus avec l’arrivée des centaines de transitaires. Sur leur parcours vers les plages jijiliennes, ceux-ci y descendent pour des besoins divers. En effet, les vacanciers qui se rendent sur le littoral de la Wilaya voisine, ou qui en rentrent ne peuvent se passer de mettre pied à terre à Hammam Beni Haroun. Ils y descendent qui pour déguster les succulentes brochettes cuites sur la braise, qui pour se faire prendre en photo sur la route taillée dans les rochers, et qui encore pour consommer un épi de maïs grilléou acheter des souvenirs ou des ustensiles en poterie, dans les étalages, bien garnis en curiosités, qui longent la route.

Les rôtisseries débordées à longueur de journée

Les centaines d’estivants et de routiers qui s’arrêtent à Hammam Beni Haroun constituent une aubaine pour les commerçants. Un véritable levier économique pour la bourgade. Malgré leur nombre, une vingtaine environ, les rôtisseries du coin se tirent difficilement avec leurs clients. Ils sont, jusqu’à des heures tardives de la nuit, prises d’assaut par des groupes d’estivants, de camionneurs et de transporteurs de voyageurs ; ce qui met invariablement les gérants de ces établissements dans l’incapacité de satisfaire correctement une clientèle à la fois nombreuse et pressée. Certaines rôtisseries, comme celle d’Errim El-jamil par exemple, emploient plus d’une trentaine de personnes et plus d’un foyer pour griller les brochettes, sans jamais réussir le pari de satisfaire leurs hôtes d’un moment. Cette affluence a favorisé le développement d’une multitude de métiers de saison, œuvre de jeunes débrouillards notamment. En effet, si les revendeurs de figues de barbarie et de maïs cuit sur le gril font partie de la physionomie que prend l’agglomération en période estivale, la nouveauté, cette année, consiste en l’ouverture de plusieurs commerces d’objets dont on a besoin sur les plages, comme les bouées, les barques gonflables, les ballons de Beach-volley, les lunettes et les crèmes solaires, les casquettes, les chapeaux de paille, les shorts etc. Bref, des dizaines de jeunes tirent, désormais, leur pitance quotidienne de ces activités de saison.

Ça bouchonne sur la route de la corniche.

Si la respectable affluence que connait la localité ne peut que faire le bonheur des commerçants, elle est le facteur N°1 de tous les problèmes de la circulation routière qui affectent le coin. En effet, la route de corniche qui traverse la localité, à peine large pour permettre le croisement de deux voitures, ne suffit plus pour le drainage de l’incroyable flotte de véhicules qui transite par là. Aussi, l’agglomération est-elle congestionnée, à longueur de journée, par des bouchons qui s’étirent sur des kilomètres. Plus d’un millier de véhicules y transite toutes les heures, avons-nous constaté lors de notre virée sur les lieux.

Cela fait paraître la localité en état d’encombrement permanant. Considérée comme l’un des points noirs les plus durs du réseau routier de la wilaya de Mila, la route de la corniche de Hammam Beni Haroun est au centre des préoccupations du commandement de la Gendarmerie qui y envoie, de jour comme de nuit, des rondes motorisées pour aider à fluidifier le trafic routier.

Un mort et deux blessés dans un accident de la route

Un homme a trouvé la mort et deux personnes ont été grièvement blessées dans un tragique accident de la circulation survenu dans la nuit de mardi à mercredi, dans la commune d’Ahmed Rachedi, à l’ouest de Mila. En effet, une Dacia Sandero s’est renversée, dans la nuit du 9 au 10 août, dans la commune de Ahmed Rachedi, avec trois personnes à son bord. L’un des passagers, un homme âgé de 36, a été tué dans l’accident. Les deux autres passagers, un homme et une femme, en sont sortis polytraumatisés. La Protection civile rapporte qu’une Dacia Sandero, immatriculée dans la Wilaya de Mila, a dérapé à 20h 34 au lieudit Labjaâta. Elle a quitté la route avant de finir sa course au fond d’un profond ravin. Un passager répondant aux initiales B.F. a contracté de nombreuses fractures dans les membres inférieurs. Il est décédé peu de temps après son admission aux services des urgences de la polyclinique de Oued Endja, où il a été évacué par les ambulanciers de la Protection civile. Selon la même source, deux autres personnes, dont une dame, ont été blessées. Elles sont identifiées par les initiales B.H. et B.A. Elles sont âgées respectivement de 34 et 55 ans. Les secouristes de l’unité secondaire de Oued Endja sont intervenus sur l’accident. Ils ont déposé la dépouille de la personne décédée à la morgue de la polyclinique de la daïra de Oued Endja. Les blessés ont été évacués aux urgences du même établissement sanitaire. La Gendarmerie nationale a ouvert une enquête pour tirer au clair les causes et les circonstances de ce dramatique accident.

 

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles