dimanche, octobre 2, 2022

Un nouvel ordre mondial se dessine:
Quelle position adoptera l’Algérie

L’Asie s’éloigne de plus en plus de l’occident. La dernière rencontre au sommet entre les chefs d’États chinois, russe, iranien, turc et indien converge vers le changement de l’ordre mondial existant dominé par les États-Unis et l’Europe vers un monde plus équilibré où le continent asiatique et le sous-continent indien auront le dernier mot.

 Cette fois-ci  on s’oriente vers une reconfiguration géopolitique de la planète avec l’émergence de puissances économiques qui ne veulent plus se voir dicter leurs politiques par un occident qui  se veut plus que jamais dominateur, croyant  toujours à une position privilégiée qu’il a perdue depuis que des pays comme la Chine et l’Inde se sont imposés comme des puissances économiques incontournables dont ce même occident a besoin sauf que le déséquilibre constaté depuis  la dislocation des deux blocs qui existaient avant 1990 continue malgré tout d’être favorable aux pays occidentaux. C’est ce paradigme que les nouvelles puissances économiques qui n’appartiennent pas à la sphère occidentale veulent à tout prix changer. C’est une globalisation aux couleurs continentales qui est en train de prendre forme. Au milieu se trouvent des pays émergents et d’autres moins qui cherchent à se positionner. L’Algérie en fait partie et notre pays cherche une voie qui lui permette de naviguer entre deux mondes qui se partagent l’économie mondiale. Le choix de partenariats stratégiques conclus avec les deux mondes est plus que jamais présent. Pour l’Algérie la voie médiane est le meilleur des choix. Le fait de ne pas prendre position dans les conflits qui ravagent le monde actuel est aujourd’hui apprécié aussi bien par l’occident que l’Asie. Les relations économiques et commerciales qu’entretient l’Algérie reposent en grande partie sur cette neutralité positive à laquelle tient notre pays. Porte donnant sur le continent africain mais également couloir lié à l’Europe notre pays se situe dans une position idéale à laquelle les deux visions du monde qui se font jour se rejoignent et acceptent de coexister. En fin de compte une grande partie du continent asiatique et l’Europe sont aujourd’hui en compétition en Algérie, les États-Unis qui n’ont jamais inclus l’Afrique dans leur zone d’influence ont saisi mais très tardivement la place pivot qu’occupe l’Algérie. Ils ont un retard énorme qui ne sera jamais comblé et ne le sera probablement jamais. Dans ce multilatéralisme d’un genre tout à fait nouveau notre modèle économique mi libéral mi social essaie de se frayer un passage traversé par des courants contraires lesquels chacun de ceux-ci possède des avantages mais également des passerelles dans lesquelles notre pays pourra évoluer sans se compromettre politiquement et économiquement. Ce jeu d’équilibrisme est aujourd’hui rendu nécessaire dans un monde plus divisé que jamais.

 

Commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles