L’Algérie réintroduit la viande bovine Irlandaise après des décennies d’absence: Un Retour historique

0
108

Face au boom des prix des viandes rouges et blanches sur le marché national, l’Algérie a décidé le 10 septembre dernier d’autoriser les importations de ces viandes. En effet, la levée de la restriction sur les importations de viande a été suivie, le 25 du même mois, par la suspension des importations de bovins vivants en provenance de France, le principal fournisseur de l’Algérie sur le marché international. Cette décision a été prise en raison de la maladie hémorragique épizootique (MHE), une pathologie virale potentiellement mortelle pour le bétail, qui sévit dans le pays européen. La réouverture des importations de viande a également ouvert de nouvelles opportunités aux opérateurs algériens pour diversifier leurs sources d’approvisionnement. Un exemple concret de cette initiative est l’expédition récente d’une cargaison de 20 tonnes de viande en provenance d’Irlande. La cargaison de viande, conditionnée sous vide, provient d’Emerald Isle Beef Producers (EIBP), l’une des principales organisations de producteurs de bœuf en Irlande, fondée en 2019 et regroupant plusieurs centaines d’éleveurs de bœuf de l’ensemble de l’île d’Irlande. Selon le média irlandais Agriland, qui a relayé cette information le 24 novembre, cette cargaison d’essai devrait arriver dans les ports algériens dans les jours à venir. Dans le meme sillage, Eamon Corley, l’un des membres fondateurs de l’EIBP, souligne que cette initiative découle d’un contrat d’abattage conclu avec l’importateur algérien, Al Mawashi Group. Selon lui, il s’agit de l’un des premiers envois de conteneurs de bœuf irlandais vers l’Algérie depuis les années 1990. En cas de succès de cette transaction, elle pourrait ouvrir la voie à des livraisons régulières de viande certifiée halal sur le marché algérien. M. Corley espère établir l’envoi hebdomadaire de conteneurs de viande fraîche pour répondre à la demande croissante en Algérie. Il a également mentionné qu’un accord d’exportation d’animaux vivants entre l’organisation de producteurs et les acheteurs algériens était en cours d’élaboration. Une structure tarifaire a été convenue, et un projet de contrat est actuellement en discussion, selon Corley. Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA), l’Algérie importe en moyenne 103 889 têtes de bovins par an, comprenant des reproducteurs, des bovins d’engraissement et des bovins de boucherie. Selon la FAO, l’Algérie s’est classée comme le troisième plus grand consommateur de viande bovine en Afrique en 2022, après l’Afrique du Sud et l’Égypte, avec un volume de 144 000 tonnes.

Par Kheireddine  Boukhalfa

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici